Professeurs

Manon BOULIANNE, professeure titulaire

Manon Boulianne Ph.D. Université Laval, 1997. Anthropologie économique et de la consommation, paysanneries, parenté et famille contemporaines, urbanisation dans le Tiers-monde, agriculture urbaine, approvisionnement alternatif, systèmes alimentaires, régimes de valeur, économie morale, Québec, Mexique.

 

Département d'anthropologie
Université Laval
Pavillon Charles-De Koninck
Bureau 3415
1030, avenue des Sciences humaines
Québec (QC) G1V 0A6

Téléphone : 418-656-2131 poste 14646
Courriel : Manon.Boulianne@ant.ulaval.ca

 
Intérêts de recherche

Rat des villes, rat des champs….

Les relations entre la ville et la campagne ont toujours été au cœur de mes travaux de recherche et de mon enseignement (Anthropologie urbaine, Paysanneries et mondialisations…). Par exemple, ma thèse de doctorat portait sur les stratégies résidentielles et économiques développées par la paysannerie du Mexique dans le contexte de l’expansion urbaine ; elle a révélé que ceux et celles que l’on associe à la Révolution mexicaine et à la petite production agricole ont des trajectoires occupationnelles et des identités multiples qui ne relèvent pas nécessairement du monde rural et que la rente foncière urbaine peut devenir pour eux un enjeu mobilisateur.

Au cours des 15 dernières années, j’ai mené des recherches subventionnées sur différents sujets qui concernent tous, d’une manière ou d’une autre, des alternatives aux discours et aux pratiques économiques hégémoniques, ayant cours dans des espaces ruraux et urbains : agriculture urbaine, produits du terroir, alimentation de proximité, transformation des pratiques de consommation et des systèmes alimentaires.

Mes travaux de recherche se sont déployés au Québec et au Mexique. Ils relèvent, en grande partie, de l’anthropologie de la consommation. L’approche théorique qui me guide intègre les concepts de régime de valeur, de régime agroalimentaire mondialisé et d’économie morale et politique.

De l’agriculture urbaine au système alimentaire régional, en passant par le terroir et les pratiques de consommation, au Québec et au Mexique…

Lors de mes études postdoctorales (1998-1999), puis à l’occasion d’une recherche sur les nouvelles formes de production et d’échange non monétaire mises de l’avant par des organisations communautaires mexicaines et québécoises (FQRSC, 2001-2004), j’ai exploré le champ de pratique de l’agriculture urbaine d’autoproduction, alors en émergence comme objet de recherche, dans les pays du Nord. J’ai réalisé une étude de cas comparative qui m’a permis de systématiser les apports et les limites de ce genre d’initiative, en tenant compte de leur association avec le mouvement communautaire local ou l’intervention sociale de développement visant à réduire l’insécurité alimentaire des ménages en situation de pauvreté. Les enjeux associés à une présence importante de femmes dans des activités non rémunérées contribuant d’une certaine manière à réifier leur rôle de genre, malgré le caractère novateur de l’activité, ont aussi été abordés dans l’article L’agriculture urbaine au sein des jardins collectifs québécois. Empowerment des femmes ou "domestication" de l’espace public? issu de ces recherches.

 

 

 

 

 

 

 

Poursuivant mes travaux sur l’agriculture urbaine j’ai ensuite, dans le cadre d’une recherche subventionnée par le Centre de recherche et d’information pour le développement de l’économie solidaire (www.crides.org) rattaché au Réseau québécois de recherche partenariale en économie sociale, et avec la collaboration des étudiants de 2e cycle Geneviève Olivier d’Avignon et Vincent Galarneau, mené une recherche qui a débouché, dans un premier temps, sur la publication du Répertoire des jardins partagés des régions de Québec et Chaudière-Appalaches.


 

 

 

 

 


Le but de cette recherche était double : d’une part, documenter les retombées sociales des jardins communautaires et collectifs ; par ailleurs, offrir à toute personne intéressée, et aux décideurs publics, un outil de référence accessible leur permettant de constater, photos à l’appui, l’intérêt suscité au sein de la population régionale par l’autoproduction alimentaire en milieu urbain. Les résultats de cette recherche ont aussi été publiés dans la revue VertigO.

Par ailleurs, grâce à un financement du programme « recherche innovante » du FQRSC (2007-2008), j’ai mené une recherche participative avec de jeunes étudiantes et étudiants du secondaire résidant à Québec ainsi qu’à Salvatierra et à San Luis de la Paz, dans l’État de Guanajuato, au Mexique. Nous avons documenté ensemble les transformations des pratiques quotidiennes de consommation alimentaires, vestimentaires et de loisir vécues par les membres de trois générations, en milieu rural et urbain. Chantal Dutrisac, étudiante au baccalauréat et Eric Champoux, étudiant gradué, ont fortement contribué au succès de cette recherche. Le rapport est disponible en ligne.


J’ai réalisé, dans le cadre d’un second volet du même projet, une évaluation des initiatives mises en place par l’organisation communautaire CEDESA (Centro de Desarrollo Agropecuario), localisée dans la ville de Dolores Hidalgo, au Guanajuato, pour mettre en place des filières d’approvisionnement de proximité qui permettraient à la petite paysannerie régionale d’écouler les surplus de leurs activités d’autosubsistance sur le marché urbain régional.


          

Dans le cadre des activités du Centre régional d’information pour le développement de l’économie solidaire (CRIDES), j’ai dirigé entre 2007 et 2009 une recherche prenant pour objet les réseaux d’échange de proximité québécois. S’agissant d’une recherche partenariale, l’objectif était d’évaluer les retombées économiques et sociales de ces marchés alternatifs. J’avais déjà effectué, en 2001-2002, un premier inventaire des systèmes d’échange de proximité québécois ainsi que trois études de cas dans différentes régions du Québec : la Ruche, initiative du centre femmes de Cap-à-l’Aigle, le barter club du Projet Genèse à Montréal ainsi que le Jardin d’Échange Universel (J.E.U) des Cantons de l’Est. Cette première étude avait été réalisée avec l’aide de deux auxiliaires de recherche, Etienne Carbonneau et Joëlle Gauvin-Racine, et en mobilisant une méthodologie essentiellement qualitative basée sur des études de cas. Au cours des années qui ont suivi, plusieurs autres initiatives ont vu le jour dans différentes régions du Québec. Six ans plus tard, j’ai choisi de mener une enquête par questionnaire afin de rejoindre un plus grand nombre d’adhérents. Geneviève Olivier d’Avignon et Eduardo Gonzalez Castillo m’assistèrent dans cette tâche. En l’occurrence, quelque 390 questionnaires, issus de membres appartenant à douze réseaux d’échange différents, nous furent retournés. Plusieurs publications ont fait suite à ce projet, dont un article paru dans la Revue internationale de l’économie sociale.

Un autre volet de mes recherches concerne la question du terroir. Grâce à une subvention du CRSH (2007-2010), j’ai pu mener un projet intitulé Mise en valeur des terroirs et filières d’approvisionnement en contexte de globalisation : le cas des fromages fins au Québec. Les questions centrales auxquelles s’adressait ce projet sont : d’où vient l’intérêt apparemment partagé entre producteurs, consommateurs, et autres acteurs de la scène agroalimentaire québécoise pour les produits et les fromages dits du terroir, qui n’ont pas toujours connu l’engouement actuel dont ils font l’objet depuis quelques années? Que représentent-ils pour ces différents acteurs sociaux? Quels tensions ou conflits les divisent? Bref, mis à part les éléments liés à la conjoncture structurelle évoquée plus avant, sur quoi la valeur attribuée à ces produits repose-t-elle? Chez les consommateurs, cherche-t-on en se les procurant à se distinguer par notre bon goût, à être solidaires de petits producteurs, à résister à la mondialisation? En d’autres termes, comment le régime de valeur (Appaduraï 1986) au sein duquel sont créés, circulent et sont consommés les produits agroalimentaires dits du terroir a-t-il évolué au Québec? L’étude visait à appréhender de manière systématique les processus de construction du régime de valeur qui caractérise la filière des produits régionaux, dits du terroir, en prenant en compte la contribution particulière des différents acteurs impliqués dans la production, la distribution, la mise en marché et la consommation de ces produits au Québec. J’ai pu identifier les éléments matériels et symboliques qui contribuent à rendre ces marchandises désirables dans le contexte social, culturel, économique et politique du Québec contemporain.

 

 

 

La recherche terrain s’est déployée principalement dans la région de Chaudière-Appalaches. Outre les données de seconde main ayant trait à notre objet de recherche, l’entretien semi-dirigé et la tenue de groupes de discussion avec des consommateurs et des consommatrices constituent les principales techniques de collecte de données mobilisées. Plusieurs étudiantes et étudiants de premier cycle ont pris part à ce projet.  Léa Gerber, Fabienne Boursiquot, Stéphanie Bégin et Frédérick Nadeau ont tous, à des degrés plus ou moins importants, mis la main à la pâte (ou plutôt sur le fromage!), en participant à la collecte de données réalisée auprès de fromagères et de fromagers, de détaillants et de restaurateurs, pour ne nommer que ces catégories d’informateurs. L’article Artisans du pays et imaginaires fromagers : la qualification des fromages fins du Québec comme produits de terroir,  paru dans la revue Anthropologie et Sociétés, rend compte des résultats de cette recherche.

 

 

 


De 2010 à 2012, j’ai été impliquée dans un projet piloté par Equiterre : Mangez frais, mangez près – comment les initiatives de circuits courts contribuent aux saines habitudes de vie, qui avait pour but d’évaluer les contraintes qui ralentissent le développement de différents types de circuits courts de commercialisation des produits maraîchers au Québec. On appelle communément « circuits courts » les filières de mise en marché et d’approvisionnement qui impliquent l’intervention d’au plus un intermédiaire entre les producteurs et les consommateurs. Les kiosques à la ferme, les marchés publics, l’agriculture soutenue par la communauté et les réseaux du genre « Marché de solidarité régionale », qui offrent aux consommateurs et aux consommatrices la possibilité de choisir en ligne des aliments produits dans leur région, sont tous des exemples de circuits courts. Les résultats de la recherche devaient permettre de proposer des stratégies ou des modèles novateurs, adaptés aux réalités des producteurs maraîchers et accessibles à l’ensemble des consommateurs. Équiterre a poursuivi ses efforts de mise en place de projets qui favorisent les circuits alimentaires courts, en milieu institutionnel, notamment.

Une nouvelle phase de recherche, centrée davantage sur la région de Québec, a débuté en 2012 avec l’obtention d’une subvention du CRSH (Savoir 2012-2014) qui m’a permis, avec la collaboration de Sabrina Doyon (anthropologie) et Carole Després (architecture), de réaliser le projet Manger « local » dans la Communauté métropolitaine de Québec: relocalisation des systèmes alimentaires et ville durable. Ce projet interdisciplinaire consistait à examiner l'offre alimentaire de proximité dans la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ). Parallèlement à la multiplication, depuis une dizaine d’années, des initiatives et des dispositifs de mise en marché et d'approvisionnement en « circuit court », l'alimentation locale est devenue un véritable enjeu de société. C'est précisément aux initiatives issues de cette mouvance que s'intéressait ce projet, qui cherchait à répondre aux questions suivantes. Quels buts, quelles aspirations animent les promoteurs et les usagers des dispositifs de mise en marché et d'approvisionnement offrant des aliments locaux? Comment ces dispositifs sont-ils distribués sur le territoire de la CMQ? Dans quelle mesure sont-ils accessibles, économiquement et physiquement, à la population de Québec? Qui sont les personnes y ayant recours (les usagers)? Quel sens et quelle valeur les consommateurs et les producteurs qui les fréquentent accordent-ils à ces dispositifs et aux produits qui y circulent?

La recherche a permis de répertorier et caractériser les dispositifs de mise en marché permettant aux consommateurs de se procurer des aliments « locaux » sur le territoire de la CMQ; de cartographier ces dispositifs et les déplacements effectués par les producteurs et les consommateurs qui les fréquentent; de décrire la condition socio-économique et les pratiques de mobilité des usagers et de réaliser une ethnographie de la «rencontre» qui permette de la qualifier sur les plans éthique, esthétique et politique. Des entretiens ont permis d’identifier différentes acceptions de la notion de produit « local ». Pour plus de détails concernant ce projet, on peut s rendre sur le portail interactif  http://www.mangerlocalquebec.info/.


 

Si Manger local s’intéressait, essentiellement, à la mise en marché en circuit court, le projet partenarial et transdisciplinaire dont j’assume actuellement la direction,  Vers une alimentation territorialisée et durable: Une recherche participative pour comprendre le système alimentaire de Québec (CRSH Développement de partenariats, 2016-2019) consiste pour sa part à caractériser le système alimentaire régional, tout en apportant des réponses aux questions suivantes : Comment le système alimentaire est-il structuré, dans et autour de la Communauté métropolitaine de Québec? Quels aliments produit-on et mange-t-on sur ce territoire? Quelle part des aliments produits dans la région est effectivement consommée dans la région? Quelle distance ces aliments parcourent-ils? Comment la distribution est-elle organisée?  Où et comment les résidents s'approvisionnent-ils? Quelles sont les perceptions des consommateurs à l'égard des aliments disponibles? Qui sont les fournisseurs des commerces alimentaires? Quelles entreprises conditionnent ou transforment les aliments frais? Comment les cadres réglementaires en place influencent-ils, actuellement, la structuration et le fonctionnement de ce système alimentaire?  Que fait-on des déchets qui sont générés dans le système alimentaire?

Il s’articule autour d’activités de recherche, de concertation et de mobilisation des connaissances menées avec des chercheurs et étudiants des 2e et 3e cycles en anthropologie, agroéconomie, aménagement du territoire, droit et nutrition. Quatre co-chercheurs de l’Université Laval y sont associés : Carole Després, architecture et aménagement ; Patrick Mundler, agroéconomie ; Geneviève Parent, droit ; Véronique Provencher, nutrition. Le projet s’inscrivant dans une démarche participative, plusieurs parties prenantes du système alimentaire régional collaborent également au processus de recherche. Pour suivre l’évolution du projet, consultez le site systemealimentairequebec.info, un portail créé pour diffuser rapidement les résultats de la recherche auprès du grand public, qui sera lancé en octobre 2017.

 
Projets de recherche

Québec

  • Vers une alimentation territorialisée et durable: Une recherche participative pour comprendre le système alimentaire de Québec, CRSH, Développement de partenariats, (Carole Després, Patrick Mundler, Geneviève Parent, Véronique Provencher, cochercheurs),  2016-2019.
  • Vers un partenariat régional pour l'alimentation durable dans la Communauté métropolitaine de Québec. Institut Hydro-Québec Environnement, développement et société (Institut HQ-EDS), Concours de financement de la recherche (Sabrina Doyon et Carole Després, cochercheures), 2014-2015.
  • Manger « local » dans la Communauté métropolitaine de Québec: relocalisation des systèmes alimentaires et ville durable. CRSH, avec Sabrina Doyon et Carole Després, cochercheures, 2012-2014.
  • Mise en valeur des terroirs et filières d'approvisionnement de proximité en contexte de globalisation : le cas des fromages fins au Québec, CRSH, 2007-2010.
  • La cohabitation intergénérationnelle et le logement supplémentaire dans les banlieues de Québec : projets de familles et règles d’urbanisme, phase II. CRISES (Centre interuniversitaire de recherche sur les innovations sociales), 2010.
  • Journée de l’agriculture urbaine 2009. Fonds de développement durable de l’Université Laval, 2009.
  • Consommation responsable, développement local et solidarité internationale : analyse des discours constitutifs d’une nouvelle économie morale dans le Québec contemporain. ARUC-ISDC (Innovation sociale et développement des communautés), 2008-2009.
  • Inventaire,  retombées et contributions des jardins communautaires et collectifs dans les régions de Québec et Chaudière-Appalaches,  CRIDES (Centre de recherche et d’information pour le développement de l’économie solidaire), 2006-2009.
  • Inventaire et retombées des systèmes d’échange de proximité québécois,  CRIDES (Centre de recherche et d’information pour le développement de l’économie solidaire), 2006-2009.
  • Réseau québécois de la recherche partenariale en économie sociale, CRSH, Centres régionaux en économie sociale, Jean-Marc Fontan, UQAM (dir.), 2005-2010.
  • Centre universitaire de recherches sur les innovations sociales (CRISES), FQRSC, 2002-2008.
  • La cohabitation intergénérationnelle dans les banlieues de Québec, SCHL, 2002-2003.
  • Les nouvelles formes non monétaires d'échange et de production : une étude comparative Québec/Amérique latine, FCAR, 2001-2004.

Mexique

  • Transformation des économies régionales dans le contexte de la globalisation : une recherche participative sur les filières d'approvisionnement en milieu rural et urbain. FQRSC, 2006-2008.
  • Partenariat pour la recherche et le développement de filières d'approvisionnement novatrices et durables en milieu rural et urbain . AUCC/CRDI, subventions pour la coopération en recherche entre le Canada, l'Amérique latine et les Antilles (SCR-CALA), 2005-2006.
  • Perspectives comparatives sur le Mexique: dynamiques régionales et changement social, FQRSC, 2005-2007, Marie France Labrecque (dir.).
  • Les nouvelles formes non monétaires d'échange et de production : une étude comparative Québec/Amérique latine. FQRSC, 2002-2006.
 
Publications
  • 2016, Boulianne, Manon, « Agriculture urbaine » in Anthropen.org, Paris, Éditions des archives contemporaines.
  • 2016, Boulianne, Manon et Carole Després, Vers un urbanisme alimentaire, Urbanité (Revue de l'ordre des urbanistes du Québec), Numéro thématique Aménager pour s’alimenter. Hiver 2016 : 45-48.
  • 2016, Bissardon, Pauline et Manon Boulianne, Démarches territorialisées et gouvernance alimentaire. Le cas des collectivités canadiennes », 323-341 in P. Mundler et Juliette Rouchier (dir.), Alimentation et proximités : jeux d'acteurs et territoires. Dijon, Educagri.
  • 2016, Laviolette, Claudia, et Manon Boulianne, Un circuit court alimentaire, économique et solidaire : le cas du Marché de proximité de Québec. Les Cahiers de l'institut EDS. Québec, Université Laval, avril 2016, 70 p.
  • 2015, Boulianne, Manon, Pageau, Michèle et Marie-Hélène Beaudry, La ferme SMA des Sœurs de la Charité de Québec : une initiative pionnière en agriculture urbaine. Cahiers de la Chaire Marcelle Mallette sur la culture philanthropique, Cahier numéro EE1501, publié le 5 Février 2015, 36 p.
  • 2015, Boulianne, Manon et Claudia Laviolette, Virtual Food Representations. An Analysis of « Local Food » Discourse in Quebec, 93-102 in Violetta Krawczyk-Wasilewska &t Patricia Lysaght (dir.), Food and the Internet. Proceedings of the 20th International Ethnological Food Research Conference, Department of Folklore and Ethnology, Institute of Ethnology and Cultural Anthropology, University of Łódź, Poland, 3-6 September 2014.
  • 2015, Boulianne, Manon, « État des lieux des systèmes alimentaires : le cas du Québec » 23-26 in Actes du Colloque international « Les systèmes alimentaires territorialisés : source de diversité et outil d'intégration et de compétitivité », Université Laval (1-2 octobre), https://www.chaire-diversite-alimentaire.ulaval.ca/sites/chaire-diversite-alimentaire.ulaval.ca/files/actes_2015_sat_0.pdf .
  • 2014, Boulianne, Manon, Le jardinage partagé en milieu urbain : nourrir le corps, l’esprit, les liens sociaux et les compétences alimentaires. Nutrition, Science en évolution (revue de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec), 12 (1) : 13-16
  • 2013, Boulianne, Manon, Artisans du pays et imaginaires fromagers : la qualification des fromages fins du Québec comme produits de terroir, Anthropologie et Sociétés, 37, 2 : 213-231.
  • 2013, Boulianne, Manon, Fine Cheese and the Consumption of 'Tradition' in Quebec, 171-179 in Patricia Lysaght (dir.), The Return of Traditional Food. Lund, Lund Studies in Arts and Cultural Sciences 1, Lund University.
  • 2013, Boulianne, Manon et Geneviève Olivier d’Avignon, Des espaces revendiqués, des villes repensées : les guérillas jardinières et la transformation des imaginaires urbains, 169-186 in Collectif, Agriculture urbaine: aménager et nourrir la ville. Montréal, VertigO.
  • 2012, avec Yvan Comeau, Les réseaux d’échange de proximité au Québec. Bilan d’une enquête statistique. RECMA, Revue internationale de l’économie sociale, 91 (324) : 35-52
  • 2011, Économie solidaire, réseaux d’échange de proximité et animation des territoires au Québec, 125-141 in Abdourahmane N’diaye (dir.), Économie sociale et solidaire. Animation et dynamiques des territoires. Paris, l’Harmattan
  • 2010, Valorisation des terroirs et économie morale au 21e siècle : le cas des fromages fins du Québec Cuizine, The Journal of Canadian Food Cultures / Revue des cultures culinaires au Canada, 2 (2). En ligne, URL : http://www.erudit.org/revue/cuizine/2010/v2/n2/044350ar.html
  • 2010 (avec Geneviève Olivier d’Avignon et Vincent Galarneau), Les retombées sociales du jardinage communautaire et collectif dans la conurbation de Québec : un regard comparatif, VertigO, 10, (2). En ligne, URL : http://vertigo.revues.org/9930.
  • 2010 (avec Marie France Labrecque et Sabrina Doyon, dir.), Migration, environnement, violence et mouvements sociaux au Mexique. Dynamiques régionales en contexte d’économie globalisée. Québec, PUL.
  • 2010, Paysannerie, luttes sociales et développement dans le Nord du Guanajuato, 239-269 in Marie France Labrecque, Manon Boulianne et Sabrina Doyon (dir.), Migration, environnement, violence et mouvements sociaux au Mexique. Dynamiques régionales en contexte d’économie globalisée. Québec, PUL.
  • 2010 (avec Sabrina Doyon), Régions et néolibéralisme au Mexique: espaces colonisés, espaces expérimentés et espaces contestés,  351-360 in Marie France Labrecque, Manon Boulianne et Sabrina Doyon (dir.), Migration, environnement, violence et mouvements sociaux au Mexique. Dynamiques régionales en contexte d’économie globalisée. Québec, PUL.
  • 2009 (avec Geneviève Olivier-d’Avignon), Les retombées des systèmes d’échange de proximité québécois du point de vue de leurs membres : quelques résultats préliminaires, in Yvan Comeau (dir.), Actes du colloque Intervention et développement des communautés : enjeux, défis et pratiques novatrices, organisé lors du 76e Congrès de l’ACFAS,  Cahiers du CRIDES, 09-01 : 53-61.
  • 2009 (avec Geneviève Olivier d’Avignon et Vincent Galarneau), Répertoire des jardins partagés des régions de Québec et Chaudière- Appalaches. Université Laval, Cahier de recherche spécial du CRIDES, 72 p.  
  • 2009 (avec Eric Champoux et Eduardo Gonzalez Castillo), Poco a poquito. Diagnóstico de los impactos y de las limitaciones de la Red de productores REMECC-Guanajuato., 38 p.
  • 2009, La Ruche. Résultats de l’enquête par questionnaire réalisée auprès des membres du réseau à l’hiver 2008 dans le cadre du projet de recherche Inventaire et retombées des systèmes d’échange de proximité québécois. Université Laval, Département d’anthropologie / CRIDES, 16 pages.
  • 2009, Troc-tes-trucs. Résultats de l’enquête par questionnaire réalisée auprès des membres du réseau à l’hiver 2008 dans le cadre du projet de recherche Inventaire et retombées des systèmes d’échange de proximité québécois. Université Laval, Département d’anthropologie / CRIDES, 15 pages.
  • 2009, L’Accorderie de Québec. Résultats de l’enquête par questionnaire réalisée auprès des membres du réseau à l’hiver 2008 dans le cadre du projet de recherche «Inventaire et retombées des systèmes d’échange de proximité québécois ». Université Laval, Département d’anthropologie / CRIDES, 26 p.
  • 2008, Globalisation, consommation et filières d’approvisionnement : une recherche participative menée avec des étudiantes et des étudiants de niveau secondaire du Québec et du Mexique. Cahiers du GREDEM, Collection « Rapports de recherche », 2008-01. 98 p.
  • 2007, (avec Yvan Comeau, Martine Duperré, Jacques L. Boucher, Jacques Caillouette, Jean-Marie Fecteau, Paul Leduc-Browne et Yves Vaillancourt), « Conditions de vie », 361-376 in J.-L. Klein et D. Harrisson (dir.), L’innovation sociale. Émergence et effets sur la transformation des sociétés. Québec, Presses de l’Université du Québec.
  • 2007, (avec Yvan Comeau), Enjeux et défis de l’organisation communautaire en Amérique latine, 403-418 inBourque, D., Comeau, Y., Favreau L. et L. Fréchette (dir.), L’organisation communautaire. Fondements, approches et champs de pratique. Québec, Presses de l’Université du Québec.
  • 2006, The Movement for an Economy of Solidarity : Urban Agriculture and Local Exchange Trading Systems in Quebec, 261-279 in N. Dannhaeuser et C. Werner (dir.), Markets and Market Liberalization : Ethnographic Reflections. Série Research in Economic Anthropology , vol. 24, Oxford: Elsevier / JAI. 
  • 2005, Présentation. Vers une anthropologie de l'altermondialisation. Anthropologie et Sociétés , 29 (3): 7-17. 
  • 2005, (avec ArturoEscobar), Développer autrement, construire un autre monde ou sortir de la modernité? (entretien), Anthropologie et Sociétés , 29 (3): 139-150.
  • 2005, Les systèmes d'échange de proximité : une économie politique du temps et de la consommation, 179-193 in J. Ferrando y Puig et S. Giamporcaro-Saunière (dir.), Pour une « autre » consommation. Sens et émergence d'une consommation politique . Collection Dossiers Sciences Humaines et Sociales, Série Consommations et Sociétés, Paris: L'Harmattan.
  • 2005, Cohabitation intergénérationnelle, genre et parenté au Québec. Recherches féministes, 18 (1): 25-47.
  • 2004, Altérité, pluriversalité et mouvance altermondialiste. Le Mensuel de l’Université (Paris). Décembre 2004. Revue électronique disponible à l’adresse http://www.lemensuel.net/article.php3?id_article=9
  • 2004, (avec Elsa Beaulieu), « Mouvement des femmes, économie solidaire et développement local en Amérique latine », 131-156 dans L. Favreau, G. Larose et A. Salam Fall (dirs.), Altermondialisation, économie et coopération internationale. Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.
  • 2004, (avec Charles Bergeron), Une lecture anthropologique des paternités et des familles homoparentales, 149-172 in M.-C. Saint-Jacques (dir.), Séparation, monoparentalité et remcomposition familiale. Sainte-Foy, Presses de l'Université Laval.
  • 2004, À proximité, mais chacun chez soi: la cohabitation intergénérationnelle au Québec, une stratégie résidentielle et d’entraide renouvelée, 171-193 in C. Lacharité et G. Pronovost (dir.), Comprendre la famille. Actes du 7e Symposium québécois de recherche sur la famille. Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.
  • 2004, Cohabitation intergénérationnelle et logement supplémentaire dans les banlieues de Québec: projets de familles et règles d'urbanisme. Cahiers du CRISES, Collection Working Papers, no. 0404, 58 p.
  • 2003, (avec Laurent Fraisse et Humberto Ortiz), Économie solidaire et mondialisation, 47-54 in L'alter-économie. Quelle "autre" mondialisation? (fin), Paris, La Découverte / M.A.U.S.S., Revue du M.A.U.S.S. semestrielle no 21.
  • 2003, (dir.) avec Francine Saillant), Transformations sociales, genre et santé : perspectives critiques et comparatives. Québec, Presses de l'Université Laval / L'Harmattan, Collection Sociétés, cultures et santé.
  • 2002, « La participation, dans quel sens? L'exemple des organisations communautaires et de l'agriculture urbaine dans les villes de Mexico et de Cuernavaca », Anthropologica, 44, (2): 197-207.
  • 2002, (avec Louis Favreau, Lucie Fréchette et Solange Van Kemenade), « Desarrollo local, economía popular y economía solidaria en América latina : un itinerario de 30 años en Villa el Salvador », Cayapa, 2, (3) : 37-51.
  • 2002, (avec Louis Favreau), « Parcours et pratiques de Plan Nagua, une organisation québécoise de coopération internationale », Nouvelles pratiques sociales, 15 (1) : 58-75.
  • 2001, « L'agriculture urbaine au sein des jardins collectifs québécois. Empowerment des femmes ou " domestication de l'espace public "? », Anthropologie et Sociétés, 25 (1) : 63-80.
  • 2001, (avec Louis Favreau, Lucie Fréchette, Solange Van Kemenade et avec la collaboration du GRESP, SUCO et la municipalité et Villa el Salvador), Développement local et économie populaire en Amérique latine : l'expérience de la municipalité péruvienne de Villa el Salvador. Rapport de recherche soumis au Bureau international du travail, programme STEP.
  • 2001, (avec Yvan Comeau), « Une analyse politique des savoirs d'expérience: le cas de l'organisation communautaire en économie sociale » Intervention, 114: 25-34.
  • 2000, « Agriculture urbaine et développement : l'expérience mexicaine », Nouvelles pratiques sociales, 13, (1) : 103- 118.
 
Mémoires de maîtrise

En cours

  • BOURGAULT, Roxanne, L’appropriation de la ville de Québec par les immigrants d’origine latino-américaine : espaces et identités.
  • GALLICHAND, Catherine Temps, Don et rapport aux objets dans le Québec contemporain.
  • LAROSE, Caroline, Patrimonialisation et consommation touristique à la Réunion.
  • SCATTOLIN, Mikael, Des jardins pas si privés ? L’initiative socialimentaire des jardins partagés.

 

Complétés

  • BEAUVAIS, Geneviève, 2015, Imaginaires migratoires et médias virtuels : le cas des Argentins au Canada et au Québec.
  • BOTTARO, Gianfranco, 2015, Identités, stratégies corporelles et masculinités gay dans la ville globale états-unienne.
  • COTÉ-GIGUÈRE, Catherine, 2015, Parcours et voix de femmes: intégration et réseaux sociaux chez des immigrantes à Québec.
  • DUBÉ, Émilie, 2015, Réseaux sociaux chez les réfugiés bhoutanais à Québec - Une question de langue et de malentendus interculturels.
  • ROUSSEAU-CYR, Clémence, 2014, Pratiques alimentaires et identités culturelles dans la communauté colombienne de la ville de Québec
  • DUMAS, Marie-Ève, 2013, Nourrir le lien. L'approvisionnement local en milieu rural, le cas de Bellechasse.
  • GAGNÉ, Annabelle, 2013, La migration et le développement dans une municipalité maya du Yucatán : Des possibilités envisageables, une accessibilité relative.
  • GALARNEAU, Vincent, 2011, Les jardiniers de la conscience. Socialiser l'environnement, habiter la ferme et incorporer le vivant en agriculture biodynamique.
  • BLAIS, Pierre, 2010, Technologies de contrôle et construction de la catégorie « immigrant indépendant  » dans les politiques publiques du Canada et du Québec de 1967 à 2010.
  • OLIVIER D'AVIGNON, Geneviève, 2009, De la production sociale du quotidien à la construction sociale de l’utopie : le Campemeet autogéré.
  • TRAORE, Paul Oula, 2008, Analyse des perceptions locales sur les alliances à plaisanterie entre groupes ethniques dans la ville de Bobo-Dioulasso.
  • ALLEN, Catherine, 2007, Faire son camping? Espace, temps et sociabilité chez les campeurs saisonniers du Québec.
  • GEMONET, Lucie, 2005, La confiance au sein d’un club de trueque argentin. Discours et pratiques institutionnels et interpersonnels.
  • JOBIN-LAWLER, Alexandre, 2005, Les effets sociaux d’une innovation technologique dans trois programmes de développement : le cas de l’électrification d’une clinique médicale, d’une école et d’une salle de télévision dans un village cubain.
  • LAMBERT,  Martin, 2005, Puis la liberté délogea la vertu. Desjardins et la production sociale de l’Épargne au Québec.
 
Thèses de doctorat

En cours

  • BEAULIEU, Elsa, Échelles et processus de changement dans les mouvements sociaux transnationaux : le cas de la Marche mondiale des femmes au Brésil.
  • BOTTARO, Gianfranco, L’expérience du luxe.
  • DUQUE FONSECA, Claudia Alexandra, La Jungle de Béton: processus d'urbanisation, modernisation et vie urbaine à Florencia (Caquetá-Colombie)
  • LAVIOLETTE, Claudia, La consommation alimentaire responsable en Australie. À la quête des interactions sociales marquantes.
  • SUELVES EZQUERRO, Lorena, S’il suffisait qu’on s’aime. L’expérience du processus migratoire par la mariage au Québec.

Complétées

  • DA SILVA FERREIRA, Paulo Rogers, 2016, Ce qui nous rassemble autour du ‘dernier verre’ dans la Beauce.
  • N’NDE TAKUKAM, Pierre Boris,  2016, Production de la sécurité, rationalité et gouvernance locale : une ethnographie urbaine à Douala et Yaoundé (Cameroun).
  • FLORES HERNÀNDEZ,  Aurelia, 2009, Género, tierra, trabajo y migración en el contexto de las nuevas ruralidades en Tlaxcala, México  (codirection; direction assumée par Marie France Labrecque)
  • GONZALEZ CASTILLO, Eduardo, 2009, Jeunesse, activisme culturel et espace urbain à Puebla, Mexique.
  • LEMAY, Jean-Frédéric, 2007, Mouvements sociaux transnationaux: le partenariat de deux organisations de commerce équitable en France et au Pérou.