Recherche en cours

Professeures et professeurs
 
 
Manon Boulianne

Québec

  • Vers une alimentation territorialisée et durable: Une recherche participative pour comprendre le système alimentaire de Québec, CRSH, Développement de partenariats, (Carole Després, Patrick Mundler, Geneviève Parent, Véronique Provencher, cochercheurs),  2016-2019
  • Réseau Villes, régions, monde Regroupement stratégique (membre régulière), cochercheuse, CRSH regroupements stratégiques, 2014-2020
  • Patrimonialisation de la nature, conservation et valorisation environnementale : le cas des espaces côtiers du Québec et de la Catalogne en contexte néolibéral, cochercheuse, CRSH Savoir, 2013-2017
  • The social economy of food: Informal, under-recognized contributions to community prosperity and resilience, collaboratrice, CRSH Savoir, 2014-2018
  • FLEdGE Partnership: Food, Locally Embedded, Globally Engaged, collaboratrice, CRSH Partenariat, 2015-2020

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Michelle Daveluy

Québec

  • Tshishipiminu: occupation ilnu et développement hydroélectrique de la rivière Péribonka, collaboratrice, CRSH-Savoir, 2015-2018

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Sabrina Doyon

Québec

  • Patrimonialisation de la nature, conservation et valorisation environnementale : le cas des espaces côtiers du Québec et de la Catalogne », CRSH savoir, chercheuse principale, 2013-2019
  • Centre pour la conservation et le développement autochtones alternatifs (CCDAA), Programme des Regroupements stratégiques, cochercheuse, FQRSC, 2017-2023
  • Réseau pour la mise en place d’un consortium multisectoriel pour l’étude de l’environnement socio-écologique dans le golfe du Saint-Laurent – Nom court : Notre Golfe, FQRNT, cochercheuee, 2015-2018

Amérique latine

  • Espaces utopiques, récits et imaginaires politiques en Amérique latine, cochercheuse, FQRSC, 2015-2019
  • Centre pour la conservation et le développement autochtones alternatifs (CCDAA), Programme des Regroupements stratégiques, cochercheuse, FQRSC, 2017-2023

Espagne

  • Patrimonialisation de la nature, conservation et valorisation environnementale : le cas des espaces côtiers du Québec et de la Catalogne », CRSH savoir, chercheuse principale, 2013-2019
  • La Ciudad y el mar. La patrimonialización de las ciudades portuarias, ICRPC, Ministerio de Economía y Competitividad, Espagne, cochercheuse, 2015-2018

Océanie

  • Espam : Espèces emblématiques, acceptation et durabilité des aires marines protégées, cochercheuse, Fondation France, 2016-2019

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Natacha Gagné

Océanie et Amérique latine

Canada et monde

  • Nouvelles configurations des dynamiques religieuses autochtones: du local au global, Subvention Soutien aux équipes de recherche, Fonds de recherche du Québec - Société et culture, cochercheuse, Robert Crépeau (chercheur principal), 2015-2019

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Martin Hébert

Mexique et Guatemala

  • Centre pour la conservation et le développement autochtones alternatifs, cochercheur, FRQSC, Centre en émergence, 2014-2017
  • Mouvements autochtones et redéfinitions contemporaines de la souveraineté, cochercheur, CRSH, Subvention savoir, 2013-2019
  • Espaces utopiques, chercheur principal, FRQSC, soutien aux équipes en fonctionnement, 2015-2019

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Isabelle Henrion-Dourcy

Hymalaya (Inde-Népal-Tibet) - Chine

J’ai au départ une double formation : artistique et académique. Le cheminement qui s’en est suivi m’a amenée à développer deux grands axes de recherches : une appréhension anthropologique des pratiques artistiques et une réflexion sur les dynamiques culturelles et politiques du doublet tradition/modernité en Haute Asie.

Je m’intéresse depuis une quinzaine d’années aux bouleversements sociaux, culturels et politiques qui affectent les communautés de langue tibétaine en Inde, au Népal et au Tibet et ce, en examinant plus particulièrement leurs productions culturelles. Formée à l’anthropologie aux universités de Bruxelles et Édimbourg, au théâtre du geste à l'École internationale de théâtre Lassaâd et à la tibétologie aux universités de Lhasa, Paris (EPHE) et Harvard, j’ai cherché à réunir ces trois approches dans un travail de doctorat multidisciplinaire. Ma thèse, intitulée « Ache lhamo : Jeux et enjeux d’une tradition théâtrale » (École pratique des hautes études IVe section, Paris; Université libre de Bruxelles, 2004) consiste en une monographie de la tradition scénique majeure du Tibet central. Il s’agit d’un travail ethnographique plus que théorique, basé sur plus de deux ans d’enquêtes au Tibet et plus d’un an dans les communautés de l’exil en Inde et au Népal. J’y aborde les aspects symbolique, religieux, littéraire, social et politique de cette pratique, ainsi que son langage artistique et son esthétique. Chemin faisant, j’ai élargi mon champ de recherche à la culture populaire himalayenne dans son ensemble, à la musique tibétaine séculière en général, et aux relations entre diaspora et population restée au pays, qui ont fait l’objet de plusieurs publications.

Mon postdoctorat à Harvard (2005-2007) a été l’occasion d’ouvrir un nouveau champ de recherches : l’essor du genre autobiographique en langue tibétaine depuis l’annexion chinoise. Je me suis particulièrement intéressée au parcours d’un homme de théâtre et de musique de quatre-vingt-dix ans, qui a vécu successivement au Tibet prémoderne, en exil en Inde, puis est retourné au Tibet post-maoïste. Ici, ce sont des questions de mise en scène de l’histoire et de la subjectivité, de mémoire et de modernité, et de déplacement et d’exil qui retiennent mon attention. À Harvard, j’ai aussi appris le chinois pendant deux ans et j’ai affiné mes recherches sur les productions culturelles des minorités de la République populaire de Chine en général, sur les processus identitaires et les relations majorité (et Etat) /minorités qu’elles impliquent, ainsi que, depuis peu, sur les enjeux de transmission et de patrimonialisation de ces pratiques culturelles (le théâtre tibétain sur lequel j'ai travaillé pendant près de dix ans est inscrit depuis octobre 2009 sur la liste du  patrimoine immatériel de l’UNESCO ; par ailleurs il est l'objet de nombreuses autres proclamations patrimoniales en Chine depuis 2006).

Depuis le printemps 2008, j'ai amorcé  une nouvelle voie de recherche: l'exploration des productions culturelles qui occupent dans les sociétés tibétaines actuelles la place qu'occupait le théâtre dans un contexte traditionnel. J'examine donc la télévision en langue tibétaine, principalement les téléséries à caractère historique, et je tente d'évaluer l'impact relatif des productions télévisuelles sur l'imaginaire culturel tibétain.    

Mes recherches touchent donc à divers domaines de l’anthropologie, notamment l’anthropologie de l’art (esthétique, patrimonialisation, rapport au politique), la construction sociale de l'histoire, l’ethnomusicologie et, depuis peu, l'anthropologie des médias. Je suis arrivée au Département d’anthropologie de l’Université Laval à l’automne 2007 et j’y dispense les cours suivants : Introduction à l’anthropologie ; Théories de la culture ;  Anthropologie, arts et esthétique ; Cultures populaires et globalisation ; Anthropologie du Tibet et de l’Himalaya ; Transitions postsocialistes en Asie ; État et société en Chine contemporaine ; ainsi qu'un séminaire de maîtrise sur la Culture populaire et les médias.

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Caroline Hervé

Nunavik, Nunavut et Alaska

Mes travaux se situent dans le champ de l’anthropologie politique. Je m’intéresse aux relations de pouvoir, à la nature et aux dynamiques de ces relations et à leurs transformations dans le contexte de situations coloniales. J’analyse tout particulièrement comment elles se cristallisent dans les pratiques sociales. Dans ma thèse de doctorat, réalisée en cotutelle entre l'Université Laval et l'École des hautes études en sciences sociales (France) en 2013, j'analyse la transformation des dynamiques du pouvoir et l'émergence de la figure du leader politique chez les Inuit du Nunavik  (Arctique québécois). J'y analyse la nature du pouvoir chez les Inuit et montre l'étroite relation entre pouvoir et coopération. Formée également en histoire (Université de Rennes 2 et UQTR) et en langue inuit (Institut national des langues orientales), je porte un grand intérêt à l'épaisseur historique des phénomènes politiques contemporains et à la façon dont la langue véhicule leurs transformations. J'ai, par la suite, mis à profit une année d'étude postdoctorale à l'University of Alaska Fairbanks (2015) pour établir des comparaisons entre les dynamiques politiques des Inuit du Nunavik et ceux de l'Alaska, plus particulièrement les Inupiãt.

J'ai eu l'occasion de coordonner le programme de recherche Inuit Leadership and Governance in Nunavik and Nunavut: Life Stories, Analytical Perspective, and Trainings et j'ai par la suite eu la chance de prendre la direction de Saturviit, l'Association des femmes inuit du Nunavik entre 2014 et 2017. Cette dernière expérience de travail auprès des femmes inuit, combinée au fait que j'ai principalement vécu au cours des dernières années au Nunavik, a transformé ma façon de penser et de faire de la recherche. Témoin de la prégnance de la grande souffrance individuelle et sociale vécue par les Inuit, je souhaite désormais mieux comprendre comment les contextes de domination culturelle sont la source d'une violence psychique qui introduit une fracture dans la capacité d’une société à se gouverner et dans la confiance de ses membres en leurs propres savoirs.

Dans le cadre de la Chaire de recherche sur les relations avec les sociétés inuit (Sentinelle Nord) dont je suis titulaire, je propose  d'analyser ces questions dans le but de comprendre quelles sont les conditions propices au développement d'une société nordique harmonieuse. Les recherches se déploient autour de trois axes qui sont la gouvernance, le mieux-vivre ensemble et les savoirs.

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Frédéric Laugrand

 Nunavik et Nunavut

  • Mobilizing Inuit cultural héritage : a multi-media / multi-plateform re-engagement of voice in visual art and performance (avec C. Rice, N. Wachowich, S. Dion, V. Dickenson, H. Igloliorte, A. Norwood, S. Butler, C. Lalonde et A. Hudson (dir.)), CRSH, Subvention partenariat, 2013-2019
  • Les Inuits et leurs chiens : relations humains-animaux au Nunavik et Nunavut aujourd'hui (avec F. Lévesque (dir.). CRSH, 2015-2019

Amérique du Nord (Autochtones)

  • Nouvelles configurations des dynamiques religieuses autochtones. Programme Soutien aux équipes de recherche (avec R. Crépeau (dir.), S. Poirier, C. Westman, E. Pilco, I. Hall, J.G. Goulet, L. Paradis, M.P. Bousquet, N. Gagné). FRQSC, 2015-2019
  • Préservation, valorisation et diffusion de l'anthropologie canadienne : des autobiographies dans une tribu pas comme les autres (1960-2015) (avec J. Habib). CRSH, 2016-2017

Philippines

  • Local  Adaptation, Resilience & Interpretation of socio-natural hazards, and  environment Management in the Philippines, Commission universitaire pour le Développement de la Communauté française de Belgique, 2014-2019

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Stephanie Lloyd

Canada et États-Unis

  • When Deaf People Hear: A Study at the Intersection of Neuroplasticity, Technological Interventions, and Experiences in the Grey Zone of Deaf and Hearing (avec Michele Friedner, University of Chicago), CRSH, 2017-19
  • L'empreinte de la vie : tracer la production des modèles d'incorporation épigénétiques, FQRSC, 2015-17

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Abdelwahed Mekki-Berrada

Québec

  • L'islamophobie genrée : réalité indubitable, notion discutable. CRSH-Connexion (chercheur principal): A. Mekki-Berrada); soutien financier et logistique de l'Équipe FRQSC de recherche action sur les spolarisations sociales (RAPS, UMcGill)) et du Centre de recherches Cultures – Arts – Sociétés (CÉLAT, ULaval), 2017-2018
  • La radicalisation : comprendre pour mieux agir. Cochercheur (chercheuse principale : Cécile Rousseau, UMcGill). Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC: Soutien aux équipes), 2016-2020
  • What if walls could talk about us? Improving intercommunity relations through community arts.  Cochercheur (chercheuse principale : Cécile Rousseau, UMcGill). Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH-Subvention de développement de partenariat), 2015-2018
  • Santé, intervention sociale et immigration: des transformations globales aux adaptations locales. Cochercheur (chercheuse principale : Cécile Rousseau, UMcGill). Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FRQSC: Soutien aux infrastructures de recherche des Instituts et des Centres affiliés universitaires du secteur social), 2014-2019

Pour plus d'information sur la recherche du professeur, consultez sa page web.

 
Jean Michaud

Asie du Sud-Est et Sud-Ouest de la Chine

  • Global commodity chains meet traditional ecological knowledge in Vietnam's borderlands: Assessing
    options for ethnic minority communities. CRSH Savoir, cochercheur avec S. Turner, McGill. 2017-2021
  • The Price of Spice. Non-Timber Forest Products and Indigenous Minority Livelihoods in the Southeast Asian Massif. CRSH, Développement de partenariat, cochercheur avec S.Turner, McGill. 2016-2019.

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Sylvie Poirier

Québec

  • Territorialités autochtones postcoloniales, transmission et autonomie.  La Nation atkamew et l’univers forestier. CRSH (programme Savoir), chercheuse principale, 2012-2015 (extension jusqu’en 2017)

International

  • Centre pour la conservation et le développement autochtones alternatifs, cochercheuse, FRQSC (regroupement stratégique), (sous la direction de Colin Scott, Université McGill), 2017-2023
  • Centre interuniversitaire d’études et de recherches autochtones (CIÉRA), collaboratrice, FRQSC (regroupement stratégique), (sous la direction de Thierry Rodon), Université Laval, 2017-2023
  • Intendance environnementale autochtone et développement alternatif, cochercheuse, FRQSC (soutien aux équipes de recherche), (sous la direction de Colin Scott, McGill), 2017-2021
  • Nouvelles configurations des dynamiques religieuses autochtones : du local au global, cochercheuse, FQRSC (subvention d'équipe), (sous la direction de Robert Crépeau, Université de Montréal), 2015-2019
  • État et cultures juridiques autochtones: un droit en quête de légitimité, collaboratrice, CRSH (subvention de partenariat), (sous la direction de Ghislain Otis, Université d’Ottawa), 2013-2018

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Claude Bariteau

Professeur retraité associé

Mes contacts, en 1962, avec les travaux de Lévi-Strauss m'ont conduit à l'anthropologie et à réaliser des analyses du Québec constamment à l’aide de cas comparables.

Mes recherches et mes publications ont porté sur les processus de développement, le monde coopératif,  les relations de travail, l’univers des placements, la question nationale, la structuration du politique et la citoyenneté.

Par elles, je suis devenu un anthropologue des sociétés industrialisées intéressé par la création des États souverains et la mise en place de l’ordre international et de la globalisation.

Visionnez son entrevue dans la série Les Possédés et leurs mondes.

 
Paul Charest

Professeur retraité associé

Le cadre théorique général de mes recherches est celui du changement social et de l'adaptation dynamique de différents groupes sociaux aux milieux naturel et socioéconomique ambiants.

Depuis plus de 30 ans, mes travaux de terrain ont été réalisés dans le Nord du Québec (chez les nord-côtiers et les Innus ou Montagnais) et en Afrique francophone (Rwanda, Sénégal, Mali).

Mes recherches sur les pêcheurs de la Côte-Nord du golfe St-Laurent ont commencé au milieu des années 1960 et se poursuivent encore aujourd'hui. Elles portent principalement sur l'adaptation socioécologique aux contraintes du milieu naturel, l'histoire du peuplement et la politique locale.

Mes travaux sur les Innus/Montagnais ont été entrepris dans les années 1980 et ont surtout porté sur l'occupation et l'utilisation du territoire et sur la récolte faunique.

Mes travaux en Afrique concernent le Mali où j'ai effectué un suivi des impacts sociaux du barrage de Sélingué (séjours en 1990-1991 et 1997).

Visionnez son entrevue dans la série Les Possédés et leurs mondes.

 
Huguette Dagenais

Professeure émérite
Professeure retraitée associée

Professeure au Département d'anthropologie depuis 1976, après l'obtention d'un doctorat en sociologie à Paris (1976), mes intérêts en recherche, comme en enseignement, ont principalement porté sur les rapports sociaux de sexe, l’analyse féministe et les questions liées au développement international.

J'ai longtemps travaillé dans la région caraïbe (1967-1969 ; 1975; 1983-1993), notamment sur les rapports entre le travail des femmes et la fécondité. J’ai aussi collaboré avec des collègues en Afrique de l'Ouest, particulièrement au Sénégal. À partir de 1997, j'ai été impliquée dans un projet de coopération internationale entre des universités canadiennes (Université de la Colombie Britannique et Université Laval), le Centre national de la recherche en sciences sociales et humaines (Hanoi) et plusieurs universités vietnamiennes (Dalat, Ho Chi Minh Ville, Hue, Thai Nguyen, Vinh); projet subventionné par l’ACDI. J'ai également été responsable du projet « Consolidation des acquis dans l’intégration de l’analyse des rapports sociaux de sexe en recherche pour le développement durable au Vietnam», un projet de formation à la recherche subventionné par le CRDI.

Visionnez son entrevue dans la série Les Possédés et leurs mondes.

 
Louis-Jacques Dorais

Professeur émérite
Professeur retraité associé

Mes intérêts de recherche et mon enseignement ont été en bonne partie liés à ma double formation en anthropologie (M.A., Université de Montréal) et en linguistique (Doctorat, Université de Paris-III). Dès 1965, j'ai entrepris l'étude des rapports entre langue, culture et société chez les Inuit du Nunavik (Québec arctique), puis du Nunavut (Arctique oriental canadien) et du Groenland, m'intéressant tour à tour à l'organisation communautaire, à la sémantique, à la dialectologie et à la sociolinguistique de ces régions. Ces intérêts, que je poursuis toujours à la retraite, ont ensuite été appliqués à l'étude des francophones de Louisiane et d'ailleurs en Amérique du Nord, puis à celle de la diaspora vietnamienne au Québec, au Canada et en Europe. À partir de 2006, j'ai aussi collaboré avec la nation huronne-wendat à la revitalisation de sa langue, qui avait cessé d'être transmise au XIXe siècle mais est maintenant enseignée et utilisée à Wendake.

Visionnez son entrevue dans la série Les Possédés et leurs mondes.

 
Marie-France Labrecque

Professeure émérite
Professeure retraitée associée

Titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en anthropologie de l’Université Laval, j’ai obtenu mon doctorat en anthropologie sociale et culturelle de la City University of New York en 1982. J’ai été professeure au département d’anthropologie pendant plus de trente ans et nommée professeure émérite en 2012. Mes nombreux séjours sur le terrain se sont déroulés surtout au Mexique mais également dans les Andes. Mes recherches ont d’abord été axées sur des questions touchant les luttes des classes au sein de la paysannerie mexicaine dans une perspective matérialiste historique; par la suite, son regard s’est progressivement déplacé vers l’examen des conditions des femmes paysannes et autochtones tout en mobilisant une approche d’économie politique féministe. Ces travaux, toujours menés dans la perspective de favoriser la formation des étudiantes et des étudiants sur le terrain, ont résulté en une spécialisation sur la critique du développement international, particulièrement en ce qui concerne l’approche dite de « genre et développement ». Cette spécialisation m’a amenée à participer à des recherches interdisciplinaires appliquées s’appuyant sur des approches participatives dans les domaines de la santé materno-infantile (au Pérou), de la production agricole et d’élevage (en Colombie) ou encore de la sécurité alimentaire (au Mali). Mes travaux les plus récents portent sur différentes dimensions de la migration saisonnière entre le Mexique et le Canada. Je continue en outre de m’intéresser et de dénoncer les formes extrêmes de violence contre les femmes, tel que le féminicide, à la fois au Mexique et au Canada, s’agissant des femmes autochtones.

Pour plus d'information, consultez sa page web.

Visionnez son entrevue dans la série Les Possédés et leurs mondes.

 
Raymond Massé

Professeur retraité associé

Dans le cadre d’une formation en anthropologie à l’Université de Montréal et à l’Université Laval, j’ai conduit des recherches de terrain aux Antilles françaises et dans la communauté haïtienne du Québec. J’ai par la suite travaillé plusieurs années dans le réseau québécois de la santé publique au sein d'équipes multidisciplinaires de recherche. Mes responsabilités actuelles au Département d'anthropologie ont trait à l'enseignement de l'anthropologie médicale, des méthodes qualitatives, de l’anthropologie de la Caraïbe et de l’éthique (relativisme éthique et relativisme culturel). La conjugaison de méthodes ethnosémantiques et statistiques alimente ma réflexion sur la complémentarité des paradigmes méthodologiques.

Mon principal champ d'intérêt est celui des interfaces entre culture, société et santé mentale et ce, dans deux aires culturelles : le Québec et les Antilles (francophones et anglophones). Dans ces deux terrains, mes recherches portent sur les idiomes à travers lesquels les individus vivent et expriment leur détresse psychologique de même que sur les savoirs populaires reliés à dépression et à la santé mentale.

Le contexte caribbéen m’amène aussi à travailler dans une perspective d’anthropologie médicale critique sur l’influence des conditions de vie postcoloniale sur la santé mentale des Antillais. Ainsi, mes recherches portent sur la Martinique, Sainte-Lucie et la Barbade. J’y étudie spécifiquement : a) les influences de la culture créole sur les modes d'expression de la détresse psychologique, b) les pratiques traditionnelles de soin et leurs rapports avec la médecine officielle de même que c) le rôle des Églises et sectes (pentecôtistes et charismatiques) dans la prise en charge des troubles mentaux d) le statut des ethnoéthiques et de la morale populaire dans le contexte des pratiques de soin de santé.

Comme c’est le cas pour plusieurs collègues de notre département, mais aussi pour plusieurs anthropologues contemporains, mes intérêts de recherche recouvrent plusieurs problématiques. Tout en ayant gardé le cap au cours des trois dernières décennies sur des thèmes liés aux rapports entre culture, société et santé, je consacre une attention particulière au champ de la santé mentale et de la santé publique et ce tant sur des terrains antillais (Martinique, Sainte-Lucie) que québécois. Au cours de la dernière décennie, j’ai ajouté une préoccupation transversale à ces problématiques et à ces terrains pour les enjeux éthiques liés à la prévention et à la promotion de la santé. En particulier, diverses publications seront mentionnées en lien avec la gestion des épidémies, la vaccination et les enjeux éthiques et politiques des politiques en «réduction des méfaits». Ce coup d’œil à mes activités de recherche confirme l’importance des liens entre culture et santé comme fil conducteur. Toutefois, signe des temps peut-être, mon intérêt «transversal» pour l’éthique de la santé, en particulier pour une ethnoéthique de la santé publique, s’est mué progressivement en thème central de recherche. Ces réflexions sur les enjeux moraux et éthiques liés aux pratiques de santé publique m’ont ainsi conduit à vouloir approfondir les contributions de la discipline à la morale et à l’éthique. L’ouvrage Anthropologie de la morale et de l'éthique rend compte de cette analyse.

Pour plus d'information, consultez sa page web.

 
Francine Saillant

Professeure émérite
Professeure retraitée associée

L'un de mes thèmes de recherche actuel est celui de l'anthropologie des droits humains. Sous cet angle, je conduis des travaux sur les discriminations fondées sur l’idée de race mais aussi sur diverses formes de discrimination basées sur la construction sociale des différences. Je m'intéresse aux divers usages et interprétations qui sont faites des notions de justice et de droits, et de façon plus générale à la vie sociale des droits. Mes projets de recherche actuels au Québec croisent les intérêts suivants : les représentations de la justice, des droits et de la citoyenneté ainsi que le témoignage. J'ai dirige une recherche depuis plusieurs années sur la mémoire des droits dans le mouvement communautaire au Québec ainsi que des travaux sur la situation des minorités noires au Brésil et au Québec.À ces intérêts se greffent une deuxième ligne de recherche, celle qui porte sur les formes artistiques que prennent les narrations individuelles et collectives au Québec, au Brésil mais aussi en Haïti et en France. Une troisième ligne de recherche s'affirme par mes travaux autour des thèmes interreliés de la diversité, de la pluralité et de l'interculturalité. Enfin, le tout s'enrichit d'une quatrième ligne, celle d'une réflexion de longue date sur les épistémologies de la discipline en relation avec les sciences de la culture et l'interdisciplinarité.

Pour plus d'information, consultez sa page web.