Professeurs

Marie France LABRECQUE, professeure émérite

Ph.D., City University of New York, 1982. Économie politique; développement; genre; justice sociale; autochtones ; Amérique andine, Mexique.

Département d'anthropologie
Université Laval
Pavillon Charles-De Koninck
Québec, Canada
Courriel : Marie-France.Labrecque@ant.ulaval.ca

Visionnez son entrevue dans la série Les Possédés et leurs mondes.

 
Intérêts de recherche

Titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise en anthropologie de l’Université Laval, j’ai obtenu mon doctorat en anthropologie sociale et culturelle de la City University of New York en 1982. J’ai été professeure au département d’anthropologie pendant plus de trente ans et nommée professeure émérite en 2012. Mes nombreux séjours sur le terrain se sont déroulés surtout au Mexique mais également dans les Andes. Mes recherches ont d’abord été axées sur des questions touchant les luttes des classes au sein de la paysannerie mexicaine dans une perspective matérialiste historique; par la suite, son regard s’est progressivement déplacé vers l’examen des conditions des femmes paysannes et autochtones tout en mobilisant une approche d’économie politique féministe. Ces travaux, toujours menés dans la perspective de favoriser la formation des étudiantes et des étudiants sur le terrain, ont résulté en une spécialisation sur la critique du développement international, particulièrement en ce qui concerne l’approche dite de « genre et développement ». Cette spécialisation m’a amenée à participer à des recherches interdisciplinaires appliquées s’appuyant sur des approches participatives dans les domaines de la santé materno-infantile (au Pérou), de la production agricole et d’élevage (en Colombie) ou encore de la sécurité alimentaire (au Mali). Mes travaux les plus récents portent sur différentes dimensions de la migration saisonnière entre le Mexique et le Canada. Je continue en outre de m’intéresser et de dénoncer les formes extrêmes de violence contre les femmes, tel que le féminicide, à la fois au Mexique et au Canada, s’agissant des femmes autochtones.

 

 
Projets de recherche
  • Approches comparatives sur la mobilité autochtone et de genre : consolidation d’un réseau. Projet 14311 XIVe Groupe de travail Québec-Mexique, Ministères des relations internationales, de la Francophonie et du Commerce extérieur.
  • Perspectives de genre, de classe et de « race » sur la migration temporaire transnationale des Mayas du Yucatan, Mexique – CRSHC – subvention ordinaire de recherche, 2011-2014
  • Perspectives comparatives sur le Mexique : dynamiques régionales et changement social(Marie France Labrecque, responsable; avec Manon Boulianne, Sabrina Doyon et Martin Hébert) FQRSC – équipes en émergence. 2005-2007. Cette équipe s'appelle Groupe de recherche régions et développement au Mexique – GREDEM.
  • La construction sociale de la femme paysanne indigène au Mexique : le cas du Yucatan, CRSHC – subventions ordinaires de recherche, 2004-2007.
  • Partenariat pour le renforcement de méthodologies de recherche et d'intervention avec les autochtones, subvention pour la coopération en recherche entre le Canada, l'Amérique latine et les Antilles (SCR-CALA), 2003-2004.
  • Perspectives sur le changement social au Yucatan (Mexique) au temps des maquiladoras, CRSHC – subventions ordinaires de recherche, 1999-2003.
 
Publications

Livres

2016, La migration saisonnière des Mayas du Yucatan au Canada: la dialectique de la mobilité, Québec : Presses de l'Université Laval, Collection Nord-Sud, 298 p.

Chaque année depuis les années 1970, des travailleurs mexicains se déploient dans les régions rurales du Canada pour participer aux travaux agricoles que la main-d’œuvre canadienne ne peut apparemment réaliser. Ces travailleurs participent à l’économie canadienne dans le cadre du Programme des travailleurs agricoles saisonniers, le PTAS. Pendant des années, les États du centre du Mexique ont constitué le réservoir privilégié de la main-d’œuvre. Au début des années 2000 toutefois, ce bassin s’est étendu au reste du Mexique pour englober à peu près tous les États. La présente étude s’est déroulée dans l’un de ces États, le Yucatán, situé au sud-est du pays. Une grande partie de la population de cette partie du pays est autochtone et encore intimement liée aux activités agricoles même si celles-ci connaissent un recul important au profit des activités du secteur des services, principalement le tourisme. Le PTAS dans cet État ne touche qu’un très faible pourcentage d’individus par rapport à l’ensemble des Mexicains qui y participent. Il est toutefois intéressant, à la lumière des nombreuses études portant sur ce programme, surtout au point de destination, soit au Canada, de se pencher sur le point d’origine de ces travailleurs pour souligner, à travers leurs propos, la singularité de leur expérience de la mobilité transnationale; une expérience qui comporte une grande charge émotionnelle. Certes, le programme ne touche qu’un pourcentage encore plus infime de femmes mexicaines; j’ai néanmoins tenu à ce que le genre, au même titre que la classe ou la " race ", soit central à l’approche proposée dans cette étude en m’intéressant entre autres et également aux quelques femmes recrutées au Yucatán, mais surtout aux conjointes des travailleurs. Cette étude s’appuie sur une recherche de terrain menée en 2012 dans une perspective d’économie politique tenant compte des apports des féministes sur la migration en Amérique latine de même que des nombreuses recherches menées par des collègues tant du Mexique que du Canada sur le sujet.

2013, Labrecque, Marie France et Arlette Gautier (dir.), "Avec une touche d'équité et de genre..." : Les politiques publiques dans les champs de la santé et du développement au Yucatan., Québec : Presses de l'Université Laval, 370 p.

Au début des années 1980, Arlette Gautier et Marie-France Labrecque menaient leurs premières recherches au nord de l’État du Yucatan auprès des femmes autochtones mayas, la première sur des questions de santé reproductive, la deuxième s’intéressant davantage à l’intégration de ces femmes au marché du travail. Pendant les trente années suivantes, toutes deux ont approfondi leur intérêt pour ces dimensions complémentaires du développement économique et social, que ce soit au Mexique ou ailleurs dans le monde. Au milieu des années 2000, elles ont toutes deux décidé d’entreprendre des recherches qui feraient le suivi de celles qu’elles avaient menées auparavant, mais qui, grâce aux éclairages de l’approche féministe de l’intersectionnalité, donneraient un nouveau relief conceptuel et méthodologique à l’interprétation des changements sociaux que connaissent les populations autochtones de l’État du Yucatan, et les femmes en particulier. 

2012, Féminicides et impunité. Le cas de Ciudad Juárez. Montréal : Écosociété, 194p.

Depuis quelques années, la ville de Juárez au Mexique est devenue synonyme de violence extrême. Elle est en effet un des principaux sites de la guerre sans merci que se livrent les différents cartels de la drogue au pays. L’offensive actuelle de l’État mexicain pour enrayer cette violence tend à faire oublier que Ciudad Juárez reste le lieu emblématique de ce qu’on appelle aujourd’hui le féminicide. Depuis le milieu des années 1990 à ce jour, au moins un millier de femmes ont été tuées dans cette ville de moins de deux millions d’habitants. Dans plusieurs cas, les cadavres ont été retrouvés dans le désert entourant la ville ou sur des terrains vagues, et portaient des marques de torture et de sévices sexuels. Or, la plupart de ces crimes sont restés impunis. Le terme « féminicide » s’est peu à peu imposé comme un concept priviliégié pour traiter de cette situation intolérable qui est loin d’être propre au Mexique. S’il désigne d’abord et avant tout le fait de tuer une femme pour le simple fait d’en être une, le concept de féminicide met aussi en cause la responsabilité de tous les paliers de l’État dont les acteurs contribuent par leur négligence ou leur désinvolture à maintenir l’impunité. Le fait que les femmes assassinées proviennent en général de milieux modestes et même racialisés incite à une analyse qui dépasse celle de la violence en tant que telle et ouvre sur la prise en compte de plusieurs types de féminicides. Dans cet ouvrage, Marie France Labrecque s’efforce de replacer ceux qui se sont produits à Ciudad Juárez dans leur contexte régional pour en faire ressortir la spécificité. Tout en relatant les faits et en fournissant une description approfondie des processus sociaux qui alimentent ces crimes, elle propose une analyse basée sur les théories féministes de l’intersectionnalité et du patriarcat, en l’occurrence du patriarcat de l’État. 

2010,  Migration, environnement, violence  et mouvements sociaux au Mexique. Dynamiques régionales en contexte d’économie globalisée. Québec : Presses de l’Université Laval. Avec Manon  Boulianne et Sabrina Doyon, codirs.

 

 

 

 

 

2005, Être Maya et travailler dans une maquiladora. État, identité, genre et génération au Yucatan, Mexique., Québec : Presses de l'Université Laval.

 

 

 

 

 

1997, Sortir du labyrinthe: femmes, développement et vie quotidienne en Colombie andine. Ottawa, Presses de l'Université d'Ottawa, coll. Études des femmes.

 

 

 

 

 

 

1994, L'égalité devant soi. Sexes, rapports sociaux et développement international. Ottawa: Centre de recherche pour le développement international. (Directrice de la publication). 

 

 

 

 

 

1982, La Organización de la Producción de los Mayas de Yucatán, México: Instituto Nacional Indigenista, serie de antropología social, número 65, 396 p.  Avec Yvan Breton, codir.

 





1981, L'agriculture, la pêche et l'artisanat au Yucatan: Prolétarisation de la paysannerie maya au Mexique, Québec: Presses de l'Université Laval, 377 p.  Avec Yvan Breton, codir.







 

Chapitres de livres depuis 2010

  • 2014 « Les femmes sont responsable de leur assassinat par leur partenaire », dans Valéry Ridde et Fatoumata Ouattara (dirs.), Des idées reçues en santé mondiale. Montréal : Presses de l’Université de Montréal, pp. 198-201.
  • 2014  « État patriarcal », dans Pascal Mbomgo, François Hervouët  et Carlo Santulli (dirs.), Dictionnaire encyclopédique de l’État. Paris : Berger-Levrault, pp. 385-387.
  • 2014 « Economía política feminista e interseccionalidad: retos para la etnografía», dans Cristina Oehmichen (dir.) La Etnografía y el trabajo de campo en las ciencias sociales, México: IIA-UNAM. pp. 195-214.
  • 2013 « Yucatan, ‘bastion de la Révolution mexicaine’? », dans Julian Durazo-Herrmann, dir. Réflexions sur le centenaire de la Révolution mexicaine. Un siècle bigarré. Montréal: UQAM, pp. 103-127.
  • 2012 « Féminisme, féminicides et outils internationaux en matière de droits humains :  le cas de Ciudad Juárez, au Mexique », dans Francine Saillant (dir.), Droits et cultures en mouvement. Québec : PUL., pp. 133-147.
  • 2012 « Gender Mainstreaming and Market Fundamentalism in Rural Yucatán, Mexico », dans Belinda Leach, Pauline Gardiner Barber et Winnie Lem (dirs), Confronting Capital: Critique and Engagement in Anthropology. New York: Taylor & Francis/Routledge, pp. 235-250.
  • 2011 « Economía global, mercado de trabajo y desigualdades de género en el contexto de los objetivos de desarrollo del milenio” dans Beatriz Castilla Ramos et Beatriz Torres, dirs., Tras las huellas del trabajo: de la firma red a “los otros trabajos ». Mérida, Mexico: UCS-UADY, pp. 73-102.
  • 2010 « Femmes, maquiladoras et syndicalisme dans les États de Chihuahua et du Yucatán », dans Marie France Labrecque, Manon Boulianne et Sabrina Doyon, dirs., Migration, environnement, violence et mouvements sociaux au Mexique. Dynamiques régionales en contexte d’économie globalisée. Québec : Presses de l’Université Laval, pp. 307-349
 

Articles depuis 2010

  • 2016 « Féminicide », in Anthropen.org, Paris, Éditions des archives contemporaines, DOI:10.17184/eac.anthropen.011
  • 2016 « Le programme canadien des travailleurs agricoles saisonniers et le système régional de migration au Yucatan : où sont les femmes? », Les Cahiers Amérique latine, Histoire et Mémoire (ALHIM), 31, [en ligne].
  • 2015 « Linking women, trees and sheep in Mali ». Auteurs: Nancy Gélinas, Andréanne Lavoie, Marie France Labrecque et Alain Olivier, dans The International Forestry Review, Special Issue: Gender in Agrogorestry (Carol Colfer, D. Catacutan, F. Naz and A.J. Pottingerinvited editors), pp. 76-84.
  • 2013 « État patriarcal et féminicides au Mexique ». Labrys, études féministes/estudos feministas, juillet-décembre 2013, revue en ligne
  • 2011 « La transnationalisation des mouvements féministes dans les Amériques. Quelle est la place des femmes autochtones? » Inditerra: revue internationale sur l’Autochtonie, vol 2.  En ligne.
  • 2011 « Perspectives féministes sur le développement durable : questionner les discours sur l’égalité des femmes », Recherches féministes, 24 (2) : 21-37.
  • 2010 «Transversalização da perspectiva de gênero ou instrumentalização das mulheres?» Revista Estudos feministas, Florianópolis, 16 (3): 901-912, setembro-dezembro 2010.
 

Documents divers depuis 2010    

  • 2016 « Solidarité avec les femmes de Ciudad Juárez, Mexique », Caminando, « 40 ans en marche. Défis et luttes pour les droits humains », vol. 31 : 90-93.
  • 2015 « Quand la mémoire des autres est plus intéressantes que la nôtre », SPULtin, Journal du syndicat des professeures et professeurs de l’Université Laval. « La mémoire professorale en héritage », 11 (1), mai 2015.
  • 2015 « Féminicide et violence féminicide », Revue Droits et libertés, printemps 2015, Numéro spécial sur les violences envers les femmes.
  • 2015 « Le Mexique, un pays sûr? Demandez aux étudiants d’Ayotzinapa! », Revue À bâbord!, no. 58.
  • 2014 « De Ciudad Juárez à l’Autoroute des larmes : ces femmes autochtones que l’on tue en toute impunité », Cahiers Dialog, no. 2014-1 Document de recherche. En ligne (publié également en anglais sous le titre “From Ciudad Juárez to the Highway of Tears : These Aboriginal Women Murdered with Complete Impunity », Cahiers Dialog, no. 2014-2, Document de recherche
  • 2013 « La migration internationale contractuelle : les travailleurs temporaires du Yucatan au Canada », pp. 114-119,  dans Pueblos indígenas y desarrollo ¿De qué estamos hablando?/Peuples autochtones et développement. De quoi parle-t-on au juste?, Cahiers DIALOG, Cahier no. 2013-1, Recueil de textes, Coordinatrices : Cristina Oehmichen Bazán, Marie France Labrecque et Carole Lévesque. http://www.reseaudialog.ca/docs/CahiersDIALOG-201301.pdf
  • 2013 Pueblos indígenas y desarrollo ¿De qué estamos hablando?/Peuples autochtones et développement. De quoi parle-t-on au juste?, Cahiers DIALOG, Cahier no. 2013-1, Recueil de textes, Coordinatrices : Cristina Oehmichen Bazán, Marie France Labrecque et Carole Lévesque. http://www.reseaudialog.ca/docs/CahiersDIALOG-201301.pdf
  • 2013 « Élevage ovin au Mali. Ce que peut révéler une analyse comparative entre les sexes », Sahel    Agroforesterie, janvier 2013-décembre 2013, no. 18 : 9-11. (co-auteurs : Andréanne Lavoie et Jean Bonneville).
  • 2013  Los forrajes leñosos en la alimentación de las ovejas : Incrementar la seguridad alimentaria a través de la práctica de la agroforestería en Malí (avec Alain Olivier, Jules Bayala, Jean Bonneville, Dany Cinq-Mars, Catherine Dembélé, Gabriel Sidiki Dembélé, Nancy Gélinas, Andréanne Lavoie, Hamidou Nantoumé), pp. 21-22 In: Libro de Resumenes, Taller Internacional de Investigaciones sobre Manejo de Ecosistemas Frágiles, Universidad de Cienfuegos, Cienfuegos, Cuba,  3-5 décembre 2013.
  • 2012  Desafíos conceptuales y metodológicos del estudio de la movilidad de los indígenas: un estudio de caso a partir de Yucatán, in I. Vizcarra Bordi (coord.), Mujeres Indígenas en movimiento: Urbanización y mercados globales: 17-21. Cahier DIALOG no. 2012-03, Actes de colloque. Réseau de recherche et de connaissances relatives aux peuples autochtones (DIALOG) et Institut national de la recherche scientifique, Montréal.
  • 2010  « De l’IFD à ONU Femmes. Quatre décennies sur la voie du développement », Sahel Agroforesterie, janvier 2009-décembre 2010, nos 13 & 14: 3-5.
  • 2010  Recherche sur les maquiladoras du sud du Mexique et en Amérique centrale. Travail, genre, et identité. Cahier du Lab RII, Document de travail no. 234. Université du Littoral Côte d’Opale, Laboratoire de recherche sur l’industrie et l’innovation. (coauteure Beatriz Castilla Ramos). En ligne.
 

Entrevues radiophoniques depuis 2010

  • Entrevue radiophonique à L’heure du monde (Radio-Canada): Femmes autochtones abusées ailleurs dans le monde, 23 octobre 2015.
  • Entrevue radiophonique à Soirée Boréale (Radio-Canada International) : Les femmes autochtones sont-elles victimes d’un féminicide?, le 25 septembre 2015.
  • Entretien avec Nadia Guédri diffusé le 8 mars 2013 autour de mon livre Féminicides et impunité à Ciudad Juarez, en ligne 
  • Entrevue radiophonique en espagnol à Radio-Canada International, le 24 octobre 2012 sur la parution de mon livre Féminicides et impunité à Ciudad Juarez. Interviewer Rufo Valencia.
  • Entrevue radiophonique à CKRL (Québec), le 1er novembre 2012 sur la parution de mon livre Féminicides et impunité à Ciudad Juarez. Interviewer : Denys Lelièvre.
  • Entrevue radiophonique à Radio-Canada, Medium Large, le 19 mars 2012 sur la parution de mon livre Féminicides et impunité à Ciudad Juarez. Intervieweuse : Catherine Perrin.
  • Entrevue radiophonique à Radio-Canada, Dimanche Magazine, le 4 mars 2012 sur la parution de mon livre Féminicides et impunité à Ciudad Juarez. Intervieweuse : Johanne Arcand.
  • Entrevue radiophonique à Radio Universidad, Programa Impacto Universitario, Universidad Autónoma del Estado de Yucatán, Mérida, Mexique sur le thème de « Le féminisme face à l’État néo-conservateur », entrevue d’une heure en espagnol, le 17 novembre 2010.
 
Mémoires de maîtrise

2014

  • Marc-Antoine Barré, Migration transnationale contractuelle et formes de capitaux. Le cas des travailleurs journaliers de Dzidzantún, Yucatán, Mexique (codirection avec Martin Hébert).

2013

  • Annabelle Gagné, La migration et le développement dans une municipalité maya du Yucatan : des possibilités envisageables, une accessibilité relative (codirection avec Manon Boulianne).
  • Guillermo Osvaldo Candiz, Relations entre la migration masculine saisonnière et les changements dans les conditions socioéconomiques au point d’origine (maîtrise en développement international, co-direction avec Diane Lamoureux).

2012 

2010 

  • Clédor Diabone, Les ressources foncières et forestières et le développement en Casamance : regard de l’anthropologie du développement sur l’agglomération de Houlouf.
  • Maude Garant, Mobilité et migration : le cas des immigrants en région au Québec.

2009

  • Marie Langevin-Laprise, Microcrédit et développement (co-direction avec Diane Lamoureux, maîtrise en science politique)

2008

  • Juan Alberto López, Mémoire de la violence chez les migrants salvadoriens de la ville de Québec.
  • Geneviève Roberge, La nouvelle division internationale du travail – menace ou opportunité? Le cas des travailleurs agricoles mexicains et guatémaltèques de l’Île d’Orléans.
  • Hannatou Hassane, Les enfants travaillant comme domestiques au Niger (maîtrise en développement international).

2007

  • Lucie Grégoire, Les imaginaires de l’identité dans une localité maya du nord du Yucatan.
  • Sandra Desrochers, De la cueillette du café à la cueillette du dollar.

2006

  • Myrna Lorena Rodriguez Hausséguy, Invaluable Victims : the Ciudad Juarez Feminicide from a Feminist Socialist Perspective. (Maîtrise en relations internationales).
  • Julie Filion, Genre et changement social au Mexique rural. La question de la masculinité.
  • Marie-Claude Bouchard, La féminité corporelle et consommée : regard anthropologique sur des pratiques de consommation chez de jeunes femmes québécoises.
  • Marie Massuard, Les ressources naturelles du Nitassinan de Nutashkuan : rapports de pouvoir et avenir de la Première Nation.
  • Jacinthe Brisson, Être femme, être Maya. Regard critique sur le développement, l’ethnicité et le genre au Guatemala.

2005

  • Girard, Marie-Pier, La négociation de l’enfance dans les rues de quito : entre « l’enfant mondial » de l’unicef et l’expérience de la marginalisation.
  • Gauvin-Racine, Joëlle, Régimes de rationalité et relations de pouvoir dans la gestion communautaire des ressources naturelles : une anthropologie politique du développement durable dans la zona maya du Quintana Roo, au Mexique.
  • Carbonneau, Étienne, Les habits verts du pouvoir : discours et pratiques de la conservation de la biodiversité en Bolivie.
  • Auclair, Isabelle, La salsa : résistance culturelle équatorienne.
  • Ruben Dario Escamilla Hernandez, La contribution des mouvements sociaux dans la planification et l’aménagement de la conservation des ressources naturelles en Colombie. Étude de cas : expérience de la Asociación para el Desarrollo Campesino –ADC- (Association pour le Développement Paysan) dans la Lagune de la Cocha, Narino, Colombia  (essai de maîtrise en ATDR).
  • Sonia Charbonneau, Parcours des personnes survivantes au Nicaragua : de l’accident par mine à l’insertion et à la    participation sociales.

2003

  • Gendron, Valérie, La Banque mondiale et les politiques relatives aux peuples indigènes. Le cas de l’Amérique latine.                                       (Essai de maîtrise en relations internationales).
  • Mélissa Gauthier, Les habits de l’identité yucatèque moderne.

2002

  • Catherine Levasseur, Approches participatives, utilisation et accès aux ressources naturelles : le cas de Chabihau, Yucatan, Mexique.  
  • Lise Fiola, Femmes et développement dans l’état du Michoacan, Mexique.
  • Mirka Gilbert, L’insertion de la main-d’œuvre yucatèque dans l’économie mondiale par l’entremise des maquiladoras : une perspective de genre.

2001

  • Julie Bradette, La maternité célibataire au Québec : de la divergence à l’intégration.
  • Lucie Lortie, La mondialisation de la production et le travail des femmes. L’intégration des paysannes à l’industrie du vêtement de la municipalité de Motul, Yucatan, Mexique.

1998

  • Christine Lanctôt, Sexe, argent, pouvoir et romance : les relations de genre dans le tourisme à Boca Chica, République dominicaine.
  • Jennifer Letarte, La protection juridique des pratiques culturelles autochotnes : mythe ou réalité?.
  • Martine Amstalden, Relations de genre et développement international : dérives et interprétations d’un projet de développement au Mali.
  • Claudia Morales Ramírez, El cuerpo femenino, el discurso médico y las prácticas sociales en la Mixteca poblana.

1997

  • Louise Bourque, Organisations et défense des droits de la personne, des droits collectifs dans cinq pays d’Amérique latine.

1994

  • Luisa Zuñiga, Participation syndicale des femmes travailleuses. Le cas des enseignantes argentines.

1993

  • Jocelyne Côté, Le travail de ceux qui aident: dynamique familiale et autorité dans la vie quotidienne des enfants des Andes du Sud de la Colombie.

1992

  • Renée Ménard, Travail des femmes et condition économique: une "évidence"? Étude de cas chez des petits producteurs marchands andins de la région du lac Guamuez, Narino, Colombie.

1991

  • Mary Richardson, Concevoir, accoucher, éduquer. Les femmes et la reproduction au Yucatan, Mexique.

1990

  • Jo Bélanger, Le machisme au Yucatan: incidences sur le développement.

1989

  • Danielle Chabot, L'autonomie des femmes: le cas d'une ville intermédiaire au Québec.
  • Luce Cloutier, L'ambiguïté de la gestion étrangère.  Le cas du Conseil Cri de la Santé et des Services Sociaux de la Baie James.

1988

  • Manon Boulianne, Des situations des femmes: travail et idéologie dans un village du Yucatan au Mexique.

1987

  • Suzan D. Craig, "Qui prend mari prend pays?"  A Study of Women's Role in Ethnic Boundary in a Native Community in Quebec.
  • Christiane Beaudet, De la production domestique à l'artisanat: la transformation des savoir-faire chez les Montagnaises de la Romaine.

1985

  • Danielle Léveillé, L'androcentrisme en anthropologie, un exemple: les femmes inuit.
 
Thèses de doctorat dirigées

2016

  • Claudia Morales Ramirez, L’éducation bilingue et biculturelle des enfants autochtones dans la Sierra Norte de Puebla au Mexique.
  • Isabelle Auclair, Le continuum des violences basées sur le genre dans les trajectoires migratoires des Colombiennes réfugiées en Équateur (codirection avec Martin Hébert)

2015

  • Emilie Pinard, «Construire son futur» Production de l'habitation et transformation des rapports de genre à Pikine, Sénégal (doctorat sur mesure, codirection avec Denise Piché, École d’architecture).

2012

  • Marie-Pier Girard, À la recherche de l’ « intérêt supérieur » des enfants qui travaillent à la collecte des ordures : pauvreté, inégalités sociales et idéologie globale de l’enfance à Las Lomas de Carabayllo (Lima).

2009

  • Eduardo Gonzalez Castillo, Jeunes, milieu urbain et mondialisation. Études au Mexique  (codirection avec Manon Boulianne)
  • Aurelia Flores Hernández, Rapports de genre, tenure de terre et changement social dans l’État de Tlaxcala, Mexique.

2007

  • Jean-Frédéric Lemay, Mouvements sociaux transnationaux : le partenariat de deux organisations de commerce équitable en France et au Pérou (codirection avec Manon Boulianne)

2005

  • Annie Vézina, Des projets de micro-entreprises à la perspective de genre :limites et possibilités de l’agir des femmes paysannes dominicaines

2003

  • Ana Elisa Castro Sastre, La travailleuse sociale au Mexique: une étude d’après la perspective de genre sur l’émergence du travail social à l’Université Nationale Autonome du Mexique-UNAM (1940-1970) (doctorat à l’École de service social – co-direction avec Laval Doucet).

2002

  • Jocelyne Côté, Mères célibataires pour le meilleur et pour le pire : amour, pouvoir et désordre social dans les Andes autrales colombiennes.

2001

  • Ivonne Vizcarra, Entre el taco mazahua y el mundo : la comida de las relaciones de poder, resistencia e identidades.
  • Ramatou Amadou Madougou, Femmes et gestion des ressources naturelles au Niger. Analyse de l’implication féminine et réponses politiques : cas du projet de développement rural intégré Keita (doctorat, co-direction avec Mme Louise Quesnel, sciences politiques)

2000

  • Bernadette N’Dongo, Genre – empowerment – développement. Le cas des entrepreneures agricoles de la zone des Hauts-Plateaux du Cameroun (doctorat, co-direction avec M. Claude Beauchamp, sociologie).
  • Alain Michaud, Regards comparés de la photographie indigéniste sur les Zapotèques de l’Isthme de Tehuantepec au Mexique ou l’ambiguïté du caméléon.

1999

  • Gladys Melo Pinzón, Les élites sucrières colombiennes, un espace de construction de l’ordre social et du changement.
  • Julia Fraga, Política ambiental y relaciones de género en una area natural protegida : la relación global/local en Río Lagartos, México.

1995

  • Suzanne Champagne, Femmes solitaires plus que solidaires. Le défi du changement social en milieu agricain patrivirilocal. (codirection avec Serge Genest)

1993

  • Maria Elisa Montejo, Idéologie des femmes et développement en milieu rurbal, une étude comparative, Mexique-Colombie.
  • Françoise Vityé, Les politiques de développement forestier et la paysannerie dans la Sierra Norte de Puebla.

1989

  • José Lopez Arellano, Bilinguisme et diglossie au Mexique chez les Indiens Nuhuat de la Sierra de Zongolica.