Événements

CONFÉRENCE-MIDI

Jean-Luc Bonniol, professeur émérite de l'Université d'Aix-Marseille

Jean-Luc Bonniol a pour terrain principal les sociétés créoles, et de manière privilégiée les Antilles de colonisation française. Partant du cas spécifique de petites populations insulaires (Terre-de-Haut des Saintes, la Désirade), il a poursuivi une réflexion au long cours sur l’objet « racial » et la persistance des modes coloniaux de catégorisation dans les sociétés post-esclavagistes. Il a, dans cette ligne, abordé le thème du « métissage », envisagé au premier chef du côté de la dynamique des populations (au travers des faits d’alliance et de procréation), tout en étendant ses analyses au domaine de la rencontre culturelle, ce qui l’a conduit à aborder le thème de la « créolisation ». La trace « colorée » de l’esclavage l’a également orienté, concurremment à la montée de fortes préoccupations sociales et identitaires vers la thématique de la mémoire de l’esclavage. Il a pu également, toujours dans le cadre des îles créoles (notamment à la Réunion), aborder le thème du paysage, scruté à la fois dans sa réalité matérielle et dans les représentations qui le constituent.

Résumé de la conférence

Dès le XVIe siècle, à l’aube des rencontres coloniales, c’est-à-dire dès l’époque où furent massivement mis en contact les hommes des différents continents restés jusque-là largement séparés apparaissent des termes pour désigner les rejetons de ces unions « contre-nature » : Métis, Mulâtres, et toutes les catégories de métissage propres à l’entreprise coloniale occidentale. Cette entreprise distinctive, dont les fondements cognitifs seront analysés, obéit à diverses logiques évolutives, entre invisibilité et reconnaissance des individus mêlés. Elle s’accompagne de la mise en place de jugements de valeur qui ont largement persisté jusqu'à nos jours, à commencer par la mixophobie (scandale de l’union interraciale, susceptible d’engendrer des individus mêlés, dans un jeu où le sexe et la race ont partie liée ; stigmatisation de la figure du métis). Seront explorées les dimensions symboliques de ces représentations et sera interrogé leur récent retournement, avec la montée contemporaine d’une certaine « mixophilie ».

Pour voir l'affiche, cliquez.

Venez en grand nombre!

Date et heure
Mardi 9 décembre 2014 de 12 h à 13 h 30

Lieu
Pavillon Charles-De Koninck, salle 3470