Événements

Les nouveaux visages du monde rural québécois : portraits de familles et d'entreprises

Exposition d’affiches, 18 janvier 2011, hall ouest du pavillon de Koninck

Au cours du trimestre d’automne 2010, les étudiantes et étudiants inscrits au cours  Paysanneries et mondialisations  offert par le département d’anthropologie de l’Université Laval ont réalisé de brèves études de cas visant à documenter, à partir du point de vue des principaux intéressés, les enjeux auxquels font face les petites et petits producteurs dans le contexte de la globalisation. Leur travail, réalisé sous la supervision de la professeure Manon Boulianne, a mené à la réalisation d’affiches scientifiques qui dressent le portrait de différentes fermes, fromageries, familles ou organisations liées au monde rural contemporain, tout en mettant en exergue les problématiques qui sont les leurs.  Pour la plupart des étudiantes et des étudiants qui ont pris part à l’exercice et rencontré leurs interlocuteurs dans leur milieu, dont plusieurs arrivaient tout juste à l’université, il s’agissait d’un premier contact direct avec la réalité agroalimentaire québécoise et d’un premier « terrain ».

Dans le cadre des activités marquant le 40e anniversaire de fondation du Département d’anthropologie, ces affiches seront exposées dans le hall ouest du 3e étage du pavillon Charles de Koninck (devant le secrétariat du département d’anthropologie), de 9h à 17h, le mardi 18 janvier 2011. Certains étudiants seront présents pour commenter leur travail. Dans leur ensemble, ces affiches illustrent, photos à l’appui, les efforts réalisés et les rêves portés par des passionnées et des passionnés qui ont choisi d’investir les territoires ruraux de manière à faire vivre leur famille tout en produisant des denrées qui alimentent leurs concitoyens. Elles montrent aussi quels sont les difficultés et les défis qu’ils rencontrent. Elles soulèvent en outre des questions qui concernent les stratégies de survie des paysans latino-américains qui sont, ici, des travailleurs agricoles saisonniers ou des réfugiés politiques.

Alors que le modèle productiviste qui guide les politiques de développement agricole depuis l’après seconde Guerre mondiale est de plus en plus remis en question par les mouvements paysans et environnementalistes du monde entier, et alors que les crises financières, économiques et alimentaires se succèdent, découvrant les failles du capitalisme globalisé, les cas présentés permettent de constater que certains producteurs s’inscrivent encore, ou plutôt à nouveau, même dans le contexte de la modernité québécoise, dans des logiques autres que celle de l’entreprise dont le seul leitmotiv est le rendement à tout prix.

Bienvenue à toutes et à tous!

Date et heure
Mardi 18 janvier 2011 de 9 h à 17 h

Lieu
Hall du pavillon Charles-De Koninck, 3e étage, près du secrétariat du Département d'anthropologie