L'Anthropologie et l'environnement

Projet de recherche : Pierre-Alexandre Paquet, Étudiant à la maîtrise en anthropologie (1:58 min.)
 
Concentration en environnement

Le Département d'anthropologie offre, au niveau du programme de baccalauréat, une concentration en environnement. Depuis ses débuts, le département a toujours démontré un intérêt pour les recherches, les problématiques et les enjeux liés à l'environnement. Cette tradition a été initiée et consolidée au fil des ans par des professeurs aujourd'hui retraités tels qu'Yvan Breton (anthropologie maritime et communautés de pêcheurs), Paul Charest (les savoirs écologiques et les revendications territoriales des Innus), Lise Pilon (l'agriculture biologique). Plusieurs professeurs du département poursuivent aujourd'hui cette expertise dans des régions diverses et sur des thèmes variés: Sabrina Doyon sur les environnements côtiers dans les Caraïbes; Martin Hébert sur les imaginaires, les revendications autochtones et l'environnement; Sylvie Poirier sur les constructions sociales de la nature et les savoirs autochtones; Jean Michaud sur les changements environnementaux et les montagnards d'Asie du Sud-Est; Frédéric Laugrand sur la transmission des savoirs environnements chez les Inuit; Manon Boulianne sur les productions agricoles locales et les économies parallèles.

Depuis ses débuts, l'anthropologie a toujours cultivé un intérêt particulier pour l'étude des relations entre les cultures et leur environnement. Sur les terrains investis par les anthropologues, ceux-ci côtoient des gens qui entretiennent (et dans le contexte actuel tentent de maintenir) une relation intime et profonde avec leur territoire, des gens qui ont développé et entretenu des savoirs écologiques complexes et minutieux, qu'il s'agisse des chasseurs cris et inuit, des pêcheurs du Yucatan, des horticulteurs-chasseurs des forêts néo-guinéennes et amazoniennes, ou encore des communautés paysannes en Inde ou au Mexique. Forte de ces acquis, mais aussi d'approches et d'expertises sans cesse renouvelées, l'anthropologie est particulièrement bien positionnée pour contribuer à une meilleure compréhension des relations et des tensions actuelles entre les dispositifs globaux sur les enjeux environnementaux (soit les discours et les pratiques véhiculés et mis en œuvre par les instances internationales et les idéologies qui les sous-tendent) et la réalité et les projets de vie des mondes locaux. Le sujet est évidemment très vaste, et particulièrement sensible, dans la mesure, entre autres, où l'environnement est devenu un enjeu hautement politique.