Des emplois pour des anthropologues

Le marché de l'emploi au baccalauréat, à la maîtrise et au doctorat

La formation de premier cycle en anthropologie permet d’acquérir plusieurs compétences souvent recherchées par les employeurs. Les aptitudes en recherche qualitative, la capacité d’analyse, la rigueur professionnelle et rédactionnelle, entre autres, permettent d’accéder à des postes intéressants. Par contre, s’il est courant que le baccalauréat donne accès à des emplois, il est rare qu’il s’agisse de postes de direction, surtout en début de carrière.

La réalisation d’une maîtrise garantit plus d’autonomie avec des postes de coordination, de consultant ou de professionnel de recherche. Avec l’obtention d’un diplôme de deuxième cycle, les perspectives d’emploi, dans tous les secteurs d’activités, sont nettement améliorées.

Le doctorat donne encore plus d’autonomie et une plus grande marge décisionnelle. Les détenteurs d’un doctorat se retrouvent souvent dans les mêmes secteurs d’activités que ceux détenant une maîtrise. Cependant, ils ont accès à des postes universitaires dans la recherche et dans l’enseignement. Dans les organismes publics ou parapublics ou dans le secteur privé, les détenteurs d’un doctorat sont les initiateurs de projets ; ils peuvent aussi diriger des équipes, contribuer à l’élaboration de politiques, de programmes et de projets complexes.

Ce texte a été rédigé par Myriam Mallet, sous la direction de la professeure Marie-Andrée Couillard (2011).  Elle était alors étudiante au 2e cycle au Département d’anthropologie de l’Université Laval.