Professeurs

Sabrina DOYON, professeure titulaire
Agir et vivre au Bas-St-Laurent : Regards sur les initiatives locales et l'environnement

Bienvenue!

Nous vous invitons à découvrir les nombreuses initiatives du Bas-St-Laurent qui mettent en valeur l’environnement par son utilisation « alternative », que ce soit par des productions biologiques et écologiques, par la mise en avant du patrimoine naturel et culturel de la région ou par la conservation de la nature.

Les cartes interactives vous permettront de constater le dynamisme des acteurs à l’œuvre sur le territoire!

Présentation

Nous sommes une équipe de recherche basée au département d’anthropologie de l’Université Laval. Nous documentons les dynamiques environnementales et économiques locales au Bas-St-Laurent et au nord de la Catalogne (Espagne) qui façonnent les espaces. Plus particulièrement, nous nous intéressons à l’utilisation et à la conservation de l’environnement dans le cadre d’initiatives et de projets locaux qui utilisent et mettent en valeur la nature dans le cadre de leurs activités. Comment ces initiatives souvent décrites comme « alternatives » s’inscrivent-elles dans un paysage marqué par des pratiques plus conventionnelles? Proposent-elles de nouveaux modèles de valorisation de la nature et de développement économique? Comment contribuent-elles au dynamisme social et économique de la région? Qui sont ceux et celles qui les portent et quels sont les enjeux auxquels ils font face?

Les changements écologiques et économiques que vit la région du Bas-St-Laurent nous ont amenés à nous interroger sur l’émergence d’initiatives locales qui semblent proposer des modèles et des manières d’être en relation avec l’environnement différente que ce qui a été proposé par les formes conventionnelles de production jusqu’à maintenant. Par exemple, des réserves naturelles et des aires protégées ont vu le jour à la suite d’initiatives citoyennes ou gouvernementales, d’autres initiatives ont misé sur la revalorisation ou l’invention de pratiques culinaires et de productions alimentaires encadrées notamment par des systèmes d’appellations contrôlées associées aux terroirs et aux spécificités environnementales locales, la mise en scène du paysage côtier ou la création d’itinéraires touristiques mettant en valeur les attraits environnementaux et faisant la promotion de projets écotouristiques.

Notre recherche s’est plus particulièrement intéressée aux activités s’inscrivant dans sept grands domaines d’utilisation et d’intervention sur l’environnement : l’agriculture et l’agroalimentaire, la pêche, la production forestière non ligneuse, l’éco-tourisme et la patrimonialisation ainsi que la conservation environnementale. Ces activités s’appuient sur des initiatives locales, menées par des ruraux de toujours ou des néo-ruraux, et nous supposons que les sujets impliqués recherchent notamment l’écoviabilité de leur environnement, l’essor socio-économique de leurs communautés et, ultimement, la diminution des inégalités sociales et économiques, des processus qui contribuent à la construction de lieux significatifs au cœur de la vitalité locale.

Nous considérons que cet examen est nécessaire dans le contexte actuel de dégradation environnementale et de crise économique mondiale, au cœur de la dévitalisation des espaces ruraux et des efforts mis en avant pour les contrer à l’échelle locale. Cette recherche vise à enrichir les modèles des nouvelles approches de la « Transition », scrutant, par une réflexion sur la décroissance et la résilience, les voies alternatives à la consommation et à la production, et jusqu’à présent surtout orientés vers les milieux urbains (Ariès 2009, Hopkins 2010), en documentant les éco-initiatives locales émergeant en région faisant suite à la crise des économies conventionnelles fondées sur l’extraction de la nature.

Ce projet est financé par le Conseil canadien de recherche en sciences humaines et sociales (CRSH 2013-2018) dans le cadre de la recherche « Patrimonialisation de la nature, conservation et valorisation environnementale : le cas des espaces côtiers du Québec et de la Catalogne ».  

 Le projet s’appuie sur une méthodologie qualitative qui privilégie la réalisation d’entrevue semi-dirigée en profondeur, d’observation et d’observation participante, de recherche documentaire (archives, muséologie, etc.) et d’ethnographies. Elle vise notamment la réalisation d’un répertoire des éco-initiatives et l’élaboration de cartographies de ces éco-initiatives. Ce projet est approuvé par le Comité d’éthique à la recherche de l’Université Laval (CERUL). 

L'équipe

Ce projet compte sur la participation de professeurs, de chercheurs et d’étudiants gradués.

Sabrina Doyon (chercheuse responsable, U. Laval), Manon Boulianne (co-chercheuse U. Laval), Geneviève Brisson (co-chercheuse (UQAR), Eliseu Carbonell (collaborateur, U. de Girona, Espagne) et Catherine Sabinot (collaboratrice, IRD Montpellier).

Les étudiants gradués impliqués dans le projet se trouvent à tous les niveaux, du baccalauréat au doctorat. Les étudiants actifs :

Doctorat : Sarah Pezet

Maîtrise : Olivia Roy-Malo, David Bouchard, Elizabeth Drapeau, Nakeyah Giroux-Works

Baccalauréat : François Desjardins

Publications et évènements

Publications :

Doyon, S. 2015, “Losing ground : The marginalization of the St. Lawrence eel fisheries in Québec, Canada” Marine Policy, 61: 331-338.

 Sabrina Doyon et Eliseu Carbonell, « Medio ambiente, espacio costero y ecoiniciativas Locales en el Bas-St-Laurent (Québec) y la Costa Brava (Catalunya)” pp. 155-176 dans Santamarina, B. Modino, R et Coca a. Antropología ambiental. Estado de la cuestión y retos futuros. XIII Congreso de Antropología de la FAAEE 2014

Conférences:

Session double à la CASCA

« Prendre le large? Espaces côtiers entre marginalisation et alternatives socio-environnementales » Casca, Québec, 12-17 mai 2015. Co-organisé par Sabrina Doyon Reade Davis et Catherine Sabinot

Reade Davis (Memorial University) Rethinking ecological and economic crisis in the Newfoundland fishing Industry

Catherine Sabinot (IRD) Normes, valeurs, pratiques, patrimoine et entreprenariat entre terre et mer en milieux tribal kanak.

Eliseu Carbonell (ICRPC) Patrimonialisation de la nature et culture immatérielle : la singularité des côtes catalanes au sein de l’Europe du Sud.

Olivia Roy-Malo (U.Laval) Les aires protégées, une écriture cartographique et politique : le cas du Bas-St-Laurent

David Bouchard (ULaval) Repenser la nature, vivre du paysage? Initiatives locales et transformation dans le Bas-St-Laurent

Sarah Pezet (ULaval) Entre les bélugas, l’énergie, les côtiers et le paysage : l’environnementalisme au Québec

Geneviève Brisson (UQAR) Tensions climatiques : l’action publique centrale et adaptations locales sur la Côte nord du Québec

Doyon, S. 2015 « Fascines à la mer : la disparition des pêches commerciales d’anguilles et d’esturgeon noir au Québec? » Casca, Québec, 12-17 mai 2015.

Doyon, S, 2015, Conservation environnementale et production alimentaire : vers une subsistance alternative? Cicada, octobre 2015, Québec

Doyon, S. 2015. Shifting streams: changing socio-environmental and regional relationships in small scale commercial fishery in Catalunya (Spain) and Québec (Canada). AAA, novembre, Denver

Olivia Roy-Malo. 2015. « We want to be involved ». The politics of cooperation in the implementation of a protected aera (Québec, Canada). Ecofrag, Cienfuegos

Carbonell E. et S. Doyon 2014 “Medio ambiente, espacio costero y ecoiniciativas locales en el bas-st-laurent (Québec) y la costa brava (Catalunya).” Periferias, fronteras y diálogos. XIII congreso de antropología, FAAEE. Valencia, Septembre 2014.

Doyon, S « Artisanal Fisheries in Catalonia(Spain): Sailing Between Politics of Recognition and Conservation” AAA, San Francisco, Novembre 2012

Remerciements

Nous remercions chaleureusement tous ceux et celles qui ont participé à cette recherche. Nous remercions également le Conseil de recherche en sciences sociales du Canada qui finance cette recherche. Merci au département d’anthropologie et à la Faculté des sciences sociales pour permettre, notamment, d’héberger ce site. Enfin, merci aux membres de l’équipe, étudiants, chercheurs et collaborateurs.