Histoire et mission

Le Département d'anthropologie de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval est le plus important département francophone spécialisé en anthropologie sociale et culturelle (ou ethnologie) au Canada. Il fut créé en 1970, alors que notre discipline traversait une effervescence paradigmatique des plus créatrices et des plus décisives de son histoire. Depuis sa création, le Département d'anthropologie de l'Université Laval ne cesse d'entretenir cette vitalité qui se traduit autant par le rayonnement local et international de son corps professoral, que par le foisonnement intellectuel des étudiantes et des étudiants qui sont les architectes de 70 thèses de doctorat soutenues avec succès et de 350 mémoires de maîtrise déposés et approuvés (en date de février 2008).

 
Les objectifs du DÉpartement d'anthropologie se rÉpartissent en trois volets:
  • Acquérir des connaissances  pertinentes par le biais d'une solide formation en anthropologie sociale et culturelle (ou ethnologie) en mettant l'accent sur les champs de spécialisation mentionnés plus bas.
  • Mettre en application ces connaissances dans le cadre d'une formation pratique de 9 crédits au premier cycle qui peut prendre la forme d'un stage en milieu de travail ou d'une étude terrain exploratoire. Aux deuxième et troisième cycles, les étudiants font une étude terrain exhaustive qui leur permet de se créer un réseau de collaborateurs et de prendre la pleine mesure du milieu de l'emploi.
  • Encourager l'interdisciplinarité en favorisant l'échange avec d'autres disciplines des sciences sociales et humaines en allouant 15 crédits au premier cycle pour des cours hors programmes. Aux deuxième et troisième cycles, les étudiants sont encouragés à participer à des colloques internationaux et à publier les résultats de leurs travaux.

Le département demeure très alerte aux perspectives d'emploi et met régulièrement à jour sa banque d'informations sur les postes occupés par ses diplômés (voir le document PDF «Les perspectives d'emploi en anthropologie» sous l'onglet «Formation»).

Le Département offre plusieurs programmes dont un baccalauréat disciplinaire, une maîtrise et un doctorat. Les domaines de spécialisation sont variés : les systèmes symboliques, la parenté, les rapports de genre, l'économie, le politique, le religieux, l'environnement incluant la construction culturelle de la nature, les pratiques artistiques, les dimensions socioculturelles et politiques de la santé physique, sexuelle et mentale, les personnes réfugiées et immigrantes, les pratiques humanitaires, les conflits et la violence.

Ces thématiques sont ancrées dans des contextes socioculturels très variés car les régions où les professeurs de carrière et les étudiants gradués du département mènent leurs recherches sont nombreuses sur les cinq continents: le Québec; le Nord canadien; l'Amérique latine avec, en particulier, le Mexique, le Brésil, la Bolivie et la Colombie ; les Antilles notamment Cuba; l'Asie du Sud-Est incluant le Vietnam, le Laos, la Malaisie et la Thaïlande ; l'Inde avec le Maharashtra et l'Uttar Pradesh; la Chine incluant le Tibet et le Yunnan; l'Océanie incluant l'Australie et la Nouvelle-Zélande; le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord avec un accent particulier sur le Maroc; l'Europe de l'Ouest et de l'Est.

Dans ces contextes, les populations au cœur des recherches anthropologiques sont aussi très diversifiées : les populations des régions urbaines comme rurales; celles des pays socialistes et postsocialistes; les personnes réfugiées et immigrantes de plusieurs origines et statuts; les Autochtones dont ceux des régions nordiques et circumpolaires, de l'Australie et de l'Amérique latine; les populations majoritaires et minoritaires de l'Amérique du Sud, celles d'Afrique du Nord, d'Asie du Sud-Est et du Sud-Ouest chinois, de l'Himalaya et leurs diasporas.

Riches de leurs intérêts sans frontières géographiques et culturelles, riches aussi d'une diversité méthodologique et conceptuelle qui les caractérise, les anthropologues sont ainsi exceptionnellement bien placés pour offrir une formation critique de grande qualité. Cette formation permet aux étudiants de comprendre le monde contemporain dans toute sa complexité et d'y intervenir tant à l'international que localement dans le respect des différences qui font la richesse de l'humanité.

Pour obtenir leurs diplômes de baccalauréat, de maîtrise et de doctorat, nos étudiantes et nos étudiants ont exploré des thèmes à la fois complexes et d'actualité, d'ici et d'ailleurs. À cet effet, en plus des travaux effectués dans le cadre des formations pratiques à la fin du premier cycle, 18 thèses et mémoires furent produits pour la seule année 2008 comme en témoignent les titres suivants :

Doctorat

  • Gaucher, Charles, Ma culture c’est les mains, Aborder l’expérience de la différence : anthropologie de l’identité sourde au Québec.
  • Lévesque, Francis, Les Inuit, leurs chiens et l’administration nordique, de 1950 à 2007. Anthropologie d’une revendication inuit contemporaine.
  • Richardson, Mary, Polycultures of the mind. Organic Farmers in Quebec and the Recovery of Agency.

Maîtrise

  • Boursiquot, Fabienne, Monumentalisation en Bosnie-Herzégovine d’après-guerre. Réconciliation et prise de parole.
  • Corneau, Marianne, Capoeira Angola, mémoire, réparations et travail identitaire chez les afro-brésiliens de Salvador de Bahia.
  • Drapeau, Thierry, Expérimenter l’économie mondiale. Ethnographie sociopolitique de la nation Secwepemc de l’époque pré-coloniale au néolibéralisme global.
  • Grégoire, Lucie, Identité et imaginaire social. L’exemple de Tipocó, Yucatán.
  • Hébert, Patrick, Le tourisme durable dans les communautés autochtones du Québec : les cas de Mashteuiatsh et d’Odanak.
  • Lacroix, Geneviève, Moralité et responsabilité : cas de la pratique des quimboiseurs et des prêtres catholiques martiniquais.
  • Landry, Jean-Michel, Les ingénieurs de l’âme. Pouvoir et subjectivation sous Staline.
  • Lapointe-Therrien, Isabelle, La danse : un médium de relations interculturelles entre les Québécois et les immigrants vivant à Québec.
  • Lessard, Claudia, Le viol, une mosaïque de sens. Des femmes de la diapora tamoule du Canada dévoilent le silence du viol de guerre au Sri Lanka.
  • Marchand, Marie-Eve, Prendre sa place : L’installation comme œuvre et comme pratique identitaire chez deux artistes amérindiennes au Québec.
  • Marcotte, Christian, Touriste « Citoyen du monde » : développement identitaire en contexte touristique au Honduras.
  • Peden, Derek Edward, Indigenous Banana Plantation Management Knowledge of Oruruko. Farmers in Bushenyi Uganda.
  • Roberge, Geneviève, La main-d’œuvre agricole mexicaine et guatémaltèque au Québec : perspectives de classe sociale, d’ethnicité et de genre.
  • S. Rosen, Michael Gabriel, Neoliberal Government and community forestry. Subjection and Discourse in a Oaxacan Community.
  • Traore, Oula Paul, Analyse des perceptions locales sur les alliances à plaisanterie entre groupes ethniques dans la ville de Bobo-Dioulasso